(New York) Après un an de précautions et de télétravail massif, Wall Street se prépare à retourner aux affaires en présentiel, avec plus de courtiers autorisés sur le parquet du New York Stock Exchange dès lundi et les employés de Goldman Sachs appelés à revenir au bureau en juin.

Agence France-Presse

Le bâtiment mythique de la Bourse de New York avait temporairement fermé ses portes pendant plusieurs semaines au début de la propagation de la pandémie avant de rouvrir fin mai 2020, avec un nombre limité de courtiers et diverses mesures de sécurité.  

« Au vu de l’amélioration de la situation sanitaire à New York et du progrès continu de la vaccination dans le pays », le NYSE a décidé d’ajuster ses protocoles à partir de lundi, explique un mémo adressé à toutes les personnes et sociétés travaillant sur le parquet.  

Les personnes vaccinées n’auront plus à se faire tester et pourront enlever leur masque et manger quand elles sont assises à leur poste.  

Si tout le personnel d’une société est vacciné, elle pourra augmenter le nombre de salariés présents.  

Les journalistes seront aussi de nouveau autorisés à déambuler sur le parquet.  

La banque d’affaires Goldman Sachs a de son côté invité ses salariés américains et britanniques à prendre leurs dispositions pour être prêts à revenir au bureau, à partir du 14 juin aux États-Unis, du 21 juin au Royaume-Uni.  

Ils recevront des indications supplémentaires dans les prochaines semaines, en fonction des conditions et des limites en termes de capacité à prendre en considération, précise mardi un mémo rédigé par la direction et consulté par l’AFP.

Dans certaines parties de la zone Asie-Pacifique, de nombreux bureaux sont déjà retournés presque à la normale, remarquent les responsables.

« Nous savons par expérience que notre culture de collaboration, d’innovation et d’apprentissage prospère lorsque nos employés se réunissent », justifie le texte.

Goldman Sachs s’inscrit ainsi dans les pas de JPMorgan Chase, qui a indiqué la semaine dernière à ses salariés américains qu’elle s’attendait à ce qu’ils reviennent au bureau, au moins à temps partiel, en juillet au plus tard.  

Son PDG Jamie Dimon a souligné mardi lors d’une conférence organisée par le Wall Street Journal qu’il s’apprêtait à « annuler toutes ses réunions sur Zoom ».  

« Nous voulons que les gens reviennent au bureau et selon moi, d’ici septembre ou octobre, la situation redeviendra comme avant », a-t-il avancé.