(New York et Toronto) La Bourse de New York a fini proche de l’équilibre mardi, reprenant son souffle après être montée la veille à des sommets, tout en gardant un œil sur les discussions en cours à Washington autour d’un nouveau plan d’aide à l’économie.  

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

L’indice des valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,03 % à 31 375,83 points et l’indice élargi S&P 500 a perdu 0,11 % à 3911,24 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, est en revanche monté de 0,14 % à 14 007,70 points, un nouveau record.   

Au Canada, la Bourse de Toronto a continué à établir de nouveaux records, stimulée par les gains des actions des producteurs de cannabis et des perspectives à long terme plus optimistes pour l’économie mondiale.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 78,36 points, pour clôturer au nouveau record de 18 408,62 points, après avoir atteint un sommet de 18 421,01 points en cours de séance.

Le TSX enregistrait ainsi un septième gain quotidien en autant de séances, ce qui lui permet de cumuler une progression de 6,2 % depuis le début de février.

« Le sentiment sous-jacent du marché continue d’être plein d’entrain, encouragé par la perspective d’un programme de dépenses fiscales massif aux États-Unis », a observé Candice Bangsund, gestionnaire de portefeuille chez Fiera Capital.

La reprise du marché ce mois-ci a également été alimentée par une diminution des cas de COVID-19 dans le monde et une augmentation du nombre de vaccinations.

Ce solide mouvement pourrait naturellement amener les investisseurs à faire une pause dans un contexte de valorisation à la hausse, que certains considèrent comme exagéré, a estimé Mme Bangsund.

« L’ambiance sur le marché est proche de l’euphorie », a-t-elle illustré lors d’une entrevue.

« Nous pourrions être dus pour un léger recul, un recul sain par rapport aux niveaux d’achats potentiellement excédentaires, pendant que les investisseurs digèrent la faiblesse à court terme dans les données économiques compte tenu des tendances virales. Mais au-delà des prochains mois, les perspectives semblent beaucoup plus solides. »

Cependant, elle a observé que d’importantes dépenses budgétaires et le soutien incessant des banques centrales pourraient limiter une éventuelle correction.

« Cela place un plancher sous les marchés boursiers et nous ne pourrions donc pas nécessairement avec une correction de 5 % à 10 % avec ce niveau de soutien. »

Le secteur de la santé a enregistré la hausse la plus marquée sur le TSX mardi, avec un bond de 8,5 %. Cette croissance était en partie attribuable à l’anticipation entourant la légalisation du cannabis aux États-Unis.

L’action d’Aphria a gagné 24,5 % et celle de Canopy Growth a pris 11,9 %.

Le titre de Canopy a avancé après que la société ontarienne a annoncé qu’elle croyait être en mesure de devenir rentable dans la deuxième moitié de son exercice 2022, dans la foulée de sa restructuration.

Le secteur torontois des technologies de l’information a pris 1,3 %, soutenu notamment par un gain de 6,1 % de l’action de Shopify.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 78,62 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 78,41 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 39 cents US à 58,36 $ US le baril, tandis que celui de l’or a grimpé de 3,30 $ US à 1837,50 $ US l’once. Le prix du cuivre a quant à lui bondi de 5,4 cents US à 3,72 $ US la livre.

Redressement

Wall Street avait terminé sur des records lundi, conservant son élan de la semaine passée dans un marché rassuré par la perspective d’un gigantesque plan de soutien à l’économie américaine : le Dow Jones était monté de 0,76 %, le NASDAQ de 0,95 % et l’indice élargi S&P 500 de 0,74 %.  

Le Dow Jones et le S&P 500 avaient alors enregistré une sixième séance de hausse consécutive, ce qui a incité les investisseurs à prendre quelques bénéfices mardi.

Les marchés « se sont redressés après un petit retour en arrière il y a deux semaines, soutenus par l’accélération des campagnes de vaccination contre la COVID-19, des signaux suggérant le ralentissement des taux d’infection et la perspective grandissante de nouvelles mesures de soutien budgétaire aux États-Unis », ont résumé les analystes de Charles Schwab.

Les discussions sur le plan de 1900 milliards de dollars proposé par le président Joe Biden se sont d’ailleurs poursuivies au Congrès américain.

Les indices se sont replié mardi de leurs records, « le temps d’évaluer la récente hausse et alors que les indicateurs et les résultats d’entreprises continuent d’arriver », ont précisé les analystes de Schwab.  

Ainsi le moral des dirigeants des petites entreprises s’est-il encore dégradé en janvier, tombant à son plus bas niveau depuis mai 2020, selon la Fédération nationale des entreprises indépendantes.

Du côté des valeurs, le géant des jeux vidéo Electronic Arts (EA) est monté de 2,6 % après avoir annoncé le rachat de l’éditeur et développeur de jeux pour téléphones intelligents et tablettes Glu Mobile (+35 %) pour 2,1 milliards de dollars.

Dans le même secteur, Take-Two Interactive, qui édite entre autres les jeux NBA 2K et Grand Theft Auto, a chuté de 6,1 % après avoir fait part de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, mais de prévisions décevantes pour le trimestre en cours.  

La société de cosmétiques Coty a plongé quant à elle de 15,1 %. Lesté par une moindre demande pour le maquillage, son chiffre d’affaires a reculé de 16 % d’octobre à décembre.  

Le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly a reculé de 2 % après l’annonce de la démission de son directeur financier Josh Smiley suite à la découverte de communications « inappropriées » avec d’autres personnes de l’entreprise.