(New York et Toronto) La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé mercredi, mais le Dow Jones a engrangé un nouveau record, ignorant, en surface, une journée politique tumultueuse où des manifestants pro-Trump, déchaînés, ont envahi le Congrès américain.

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Selon des résultats définitifs, l’indice Dow Jones a terminé en hausse de 1,44 % à 30 829,40 points, son premier record de 2021, après celui du 31 décembre.

Le NASDAQ, à forte concentration technologique, a perdu 0,61 % à 12 740,79 points, souffrant d’une rotation des investissements vers des actions de l’économie plus traditionnelle. Le S&P 500 a avancé de 0,57 % à 3748,14 points.  

La Bourse de Toronto s’est rapprochée de son sommet record grâce aux actions des sociétés de cannabis et d’énergie renouvelable, qui ont profité de la prise de contrôle du Sénat américain par les démocrates au lendemain d’une élection partielle.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a grimpé de 145,60 points pour terminer la séance avec 17 828,11 points. Plus tôt dans la journée, il n’était plus qu’à 46 points de son sommet de 17 970,51 points de février.

« Nous en sommes assez proches […] À part les titres technologiques, tous les secteurs au Canada ont été positifs aujourd’hui », a observé Michael Currie, vice-président et conseiller en investissement chez Gestion de patrimoine TD.

« Alors si la tendance se maintient, on devrait atteindre un nouveau record d’un jour à l’autre. »

Les investisseurs préfèrent habituellement les impasses aux Congrès — celles-ci limitent généralement les augmentations de l’impôt des entreprises — mais ils semblaient s’accommoder de la perspective d’une hausse des dépenses et d’une augmentation des taux d’intérêt, a observé M. Currie.

« Habituellement, quand il y a autant d’incertitude, c’est généralement négatif pour les marchés, mais manifestement, ils considèrent ce qui se passe aujourd’hui comme un élément positif. »

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 78,83 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 78,70 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a progressé de 70 cents US à 50,63 $ US le baril, tandis que celui de l’or a cédé 45,80 $ US à 1908,60 $ US l’once. Le prix du cuivre a pris 1,1 cent US à 3,65 $ US la livre.

Le marché new-yorkais a conclu sur une note globalement optimiste une journée pourtant forte en émotions et chaos politiques.  

Les élections sénatoriales en Géorgie ont d’abord vu la victoire de deux démocrates au Sénat, ce qui va faire basculer le Congrès sous le contrôle du parti de Joe Biden.  

Une perspective qui a ses pour et ses contre pour le marché : si cela va permettre aux démocrates de plus facilement mettre en place leurs projets d’augmentations d’impôts, ce qui n’est pas bienvenu pour les investisseurs, ceux-ci sont aussi quasiment assurés qu’une deuxième salve de soutien financier viendra aider l’économie américaine.   

« Avec la victoire des démocrates, les chances d’un plus gros stimulus et d’un programme d’infrastructures sont quasiment certaines, le marché est monté sur ces facteurs », a commenté pour l’AFP Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Le Dow Jones a ainsi grimpé de plus de 2 % en journée, lorsque le processus de certification de l’élection de Joe Biden a commencé, levant les incertitudes politiques, sans que le vice-président Mike Pence ne puisse s’y opposer comme le lui demandait Donald Trump dans un discours enflammé devant une foule de partisans.

L’indice est ensuite resté dans les territoires d’un record peu avant la clôture malgré le chaos provoqué par une horde de manifestants pro-Trump prenant d’assaut le parlement dans la capitale.

Vers un recul ?

« Le marché a ignoré ce qui s’est passé à Washington », où des centaines de manifestants sont violemment entrés au Capitole. Mais selon Peter Cardillo, la bourse pourrait « écoper d’un recul de 6 % à 8 % » dans les jours qui viennent.

Signe que les marchés n’ont pas totalement fermé les yeux aux scènes d’insurrection, les obligations, réputées plus sûres que les actions, ont davantage attiré les investisseurs.

Les rendements sur les bons du Trésor ont ainsi soudainement grimpé – celui du bon à 10 ans franchissant allègrement les 1 % – alors qu’avec les démocrates, l’endettement du pays est appelé à gonfler.  

L’or, valeur refuge s’il en est, qui était redescendu en matinée à un plus bas de la semaine avec le début de la certification de la victoire de Joe Biden, a eu un petit accès de fièvre lors du spectacle des manifestations violentes, avant de maîtriser sa hausse.

Le dollar a poursuivi sa tendance à la baisse, touchant un nouveau plus bas en deux ans à 1,2330 dollar pour un euro à 17 h.  

Le bitcoin, hautement spéculatif, a poursuivi sa cavalcade, alignant un nouveau record quasi quotidien à 36 392 dollars à 17 h 30.   

Parmi les actions du jour, Tesla (+2,84 %) à 755,98 dollars a clôturé pour la première fois avec une capitalisation de plus de 700 milliards de dollars en Bourse.

Les titres bancaires ont eu le vent en poupe, comme Wells Fargo (+7,08 %), Bank of America (+6,25 %) ou Goldman Sachs (+5,40 %), profitant de la montée du marché obligataire.  

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans grimpaient au-dessus de 1 % pour la première fois depuis mars (à 1,0372 % au lieu de 0,9549 % la veille).

« La volatilité continue en 2021 », ont résumé les analystes de Schwab.

« À court terme, il y a quand même une menace que les tentatives de Trump et de ses nombreux partisans de perturber les processus politiques qui leur déplaisent, puissent créer plus d’incertitude et de volatilité pour les marchés », a prévenu Karl Haeling de LBBW.