(New York) Quelques mois seulement après son arrivée à Wall Street, la compagnie de tourisme spatial Virgin Galactic est devenue l’une des actions les plus en vue à la Bourse de New York, où sa valeur a bondi de 223 % depuis le début de l’année.  

Agence France-Presse

Mercredi, sans aucune nouvelle particulière, le titre a encore pris 23,27 % après sept séances consécutives de hausse.  

Fondée en 2004 par Richard Branson, Virgin Galactic a fait ses premiers pas fin octobre à Wall Street, devenant à l’occasion la première entreprise dédiée aux voyages dans l’espace à tenter l’aventure boursière.

PHOTO JOHANNES EISELE, ARCHIVES AFP

Richard Branson

Après la publication de ses premiers résultats trimestriels montrant des réservations s’élevant à 80 millions de dollars, que les investisseurs ont comparé à la valorisation boursière de près d’un milliard de dollars, le titre est descendu jusqu’à 7,22 dollars début décembre. Mais il grimpe en flèche depuis, et a clôturé mercredi à 37,35 dollars. Une différence de 417 %.  

Dans une note diffusée mardi, l’analyste de Morgan Stanley Adam Jonas répétait son enthousiasme pour l’histoire de Virgin Galactic et son potentiel. Mais soulignait également : « Nous devons reconnaître que le récent mouvement de l’action semble poussé par des forces ne relevant pas de facteurs fondamentaux. »

Le dernier communiqué de presse de l’entreprise date du 13 février et annonçait la relocalisation de son appareil SpaceShipTwo – baptisé VSS Unity – de la Californie au Nouveau-Mexique, d’où seront lancés les vols spatiaux. Pas forcément de quoi, selon M. Jonas, justifier le bond de 21 % de l’action observé vendredi.  

Bernie Schaeffer, de Schaeffer’s Investment Research, compare pour sa part la flambée de Virgin Galactic à Wall Street à celle de Tesla, dont la valeur boursière a récemment dépassé celle de Volkswagen alors même que le constructeur allemand a vendu en 2019 près de 11 millions de véhicules en 2019 quand Tesla livrait 367 500 voitures.  

Le titre de Virgin Galactic est devenu l’un des plus échangés à la Bourse de New York, avec un volume dépassant régulièrement ceux des géants de la place.

« À long terme, parier à la hausse sur (Virgin Galactic) est tout à fait défendable au vu du potentiel encore inconnu du tourisme dans l’espace et de la direction solide à la tête de l’entreprise », estime M. Schaeffer.  

Mais il plaide, « à court terme », pour « une extrême prudence », surtout à l’approche de la diffusion des prochains résultats, le 25 février.

Virgin Galactic prévoit d’envoyer ses premiers clients dans l’espace d’ici l’été 2020 dans son vaisseau, un voyage à environ 250 000 dollars. Il est en concurrence directe sur son créneau avec Blue Origin, l’entreprise fondée par le patron d’Amazon, Jeff Bezos.