(New York) La Bourse de New York démarrait dans le vert jeudi à l’ouverture, avec un Dow Jones repassant au-dessus des 30 000 points grâce à des indicateurs économiques relativement positifs aux États-Unis malgré la résurgence de la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

À 10 h 15, l’indice vedette Dow Jones augmentait de 0,42 % à 30 008,58 points. Le NASDAQ, à dominante technologique, avançait de 0,64 % à 12 427,83 points.

L’indice élargi S&P 500, qui avait affiché un nouveau record mercredi, grappillait 0,09 % à 3672,48 points.

La veille, le Dow Jones avait conclu en hausse de 0,20 %, le NASDAQ avait lâché 0,05 % et le S&P 500 avait pris 0,18 %, inscrivant un nouveau record, sept points au-dessus du précédent inscrit la veille.  

Peu après l’ouverture jeudi, le Dow Jones est brièvement repassé au-dessus de la barre des 30 000 points atteinte pour la première fois la semaine dernière en clôture.

« Les actions progressent en ce début de séance dans la foulée d’un élan haussier qui a vu les rendements sur les bons du Trésor augmenter et les actions atteindre de nouveaux sommets », ont commenté les analystes de Schwab.

Du 22 au 28 novembre, 712 000 personnes se sont inscrites au chômage, soit 75 000 de moins que la semaine précédente. Les analystes tablaient sur 775 000 nouvelles demandes.

Avant l’ouverture et la publication des demandes d’allocations chômage qui ont faibli pour la première fois en trois semaines, les indices sur les contrats à terme étaient plus réservés.

Le gouvernement publie vendredi les chiffres officiels de l’emploi. Un consensus d’analystes table sur un taux de chômage inchangé à 6,9 % par rapport à octobre et des créations un peu plus nombreuses (650 000).  

Les investisseurs ont aussi été rassurés par l’indice d’activité dans les services (ISM) pour novembre qui montre que l’expansion continue et à un rythme plus soutenu que prévu même s’il ralentit. Il s’est établi à 55,9 % au lieu de 56,6 %, mais reste en croissance tant qu’il se situe au-dessus de 50 %.

Mais, avertit Patrick O’Hare de Briefing, « l’idée selon laquelle le marché est optimiste sur les perspectives de reprise en 2021 à cause de l’arrivée des vaccins COVID-19 commence à s’user ».

Boeing était en verve, gagnant 5,45 % après l’annonce d’une mégacommande de 737 MAX de la part de la compagnie aérienne Ryanair.

Le rendement obligataire sur les bons du Trésor à 10 ans baissait à 0,9261 % contre 0,9360 % la veille.