(Tokyo) Après avoir brièvement cru à la fin de l’accord commercial sino-américain, les Bourses asiatiques ont finalement terminé mardi en hausse, laissant de côté les inquiétudes persistantes liées à la propagation de pandémie, notamment aux États-Unis.

Agence France-Presse

L’indice Nikkei des principales valeurs japonaises a clôturé en progression de 0,5 % à 22 549,05 points alors que l’indice élargi Topix s’est apprécié de 0,51 % à 1587,14 points.

Côté chinois, l’indice Hang Seng de Hong Kong a gagné 1,62 % à 24 907,34 points, alors que sur le continent l’indice composite de Shanghai a pris 0,18 % à 2970,62 points et celui de Shenzhen 0,56 % à 1947,45 points.

Les Bourses asiatiques ont brièvement dérapé en matinée lorsqu’un conseiller de la Maison-Blanche, Peter Navarro, a déclaré sur Fox News que Donald Trump avait décidé de rompre l’accord commercial signé en janvier avec la Chine.

M. Navarro a ensuite rétropédalé, et Donald Trump lui-même s’est empressé d’affirmer dans un tweet que l’accord préliminaire avec la Chine était « totalement intact », ce qui a aussitôt fait remonter les places asiatiques dans le vert.

Avec le coronavirus et la crise économique, il serait « difficile » pour Donald Trump de mener « une politique anti-chinoise excessive en ce moment », a rappelé Hiroshi Namioka, analyste chez T & D Asset Management, cité par l’agence Bloomberg.

Wall Street avait terminé en nette hausse lundi, ce qui a apporté mardi du soutien aux places asiatiques.