Wall Street a monté lundi, continuant un rebond entamé quelques séances plus tôt après un mouvement d'affolement face aux incertitudes politiques aux États-Unis : le Dow Jones a pris 0,43% et le NASDAQ 0,82%.

Mis à jour le 22 mai 2017
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 89,99 points à 20 894,83 points et le NASDAQ, à dominante technologique, 49,91 points à 6133,62 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 12,29 points, soit 0,52%, à 2394,02 points.

« On pousse un soupir de soulagement : après une chute de 2% mercredi dernier, la Bourse s'était redressée avant le week-end et on dirait que cette dynamique continue à la porter », a résumé Art Hogan, de Wunderlich Securities.

Wall Street avait brusquement souffert d'une accélération des polémiques autour du président Donald Trump, en premier lieu par rapport à l'ingérence supposée de Moscou dans la campagne présidentielle qui avait conduit le républicain à la Maison-Blanche.

« L'idée, maintenant, c'est que les choses ne sont peut-être pas aussi dramatiques qu'elles en avaient l'air et que l'on reste sur de bonnes bases » du point de vue de l'économie américaine, a expliqué M. Hogan.

Les développements politiques font, certes, toujours partie des « deux ou trois choses que surveillent les investisseurs aujourd'hui », selon les termes de Jack Ablin de BMO Private Bank.

Il évoquait aussi la visite de M. Trump en Israël après un passage marqué par des centaines de milliards de dollars de contrats en Arabie Saoudite.

Mais, en l'absence d'indicateur américain majeur lundi, « il ne semble pas y avoir grand-chose de neuf... Je n'ai rien vu de susceptible d'influer directement sur les marchés », a-t-il conclu. « Donc, en ce moment, c'est la hausse qui reste le mouvement par défaut. »

Huntsman dans le rouge

Grand bénéficiaire des gros contrats signés lors de la visite de M. Trump à Riyad, le secteur de la défense a signé de bonnes performances : Raytheon a monté de 0,57 % à 161,19 dollars et Lockheed Martin de 1,55 % à 277,03 dollars après avoir tous deux conclu des accords.

L'avionneur Boeing, qui a non seulement conclu des accords avec Riyad pour des appareils militaires et civils mais a aussi reçu une commande de la compagnie chinoise Hainan Airlines, a avancé de 1,61 % à 183,67 dollars.

Le conglomérat industriel General Electrics (GE) a lui aussi signé une série de protocoles d'accords avec l'Arabie saoudite, d'une valeur de 15 milliards de dollars, mais n'en a pas profité pas outre mesure, prenant 0,46% à 28,18 dollars.

Ford a gagné 2,12% à 11,10 dollars après avoir confirmé le départ de son PDG Mark Fields et annoncé son remplacement en interne par Jim Hackett alors que le deuxième constructeur automobile américain fait face à une chute de ses ventes et du cours de son action.

Le chimiste Huntsman, qui entend fusionner avec le suisse Clariant pour créer un groupe au chiffre d'affaires de presque 14 milliards de dollars, a cédé 2,10% à 26,15 dollars, le titre finissant dans le rouge après avoir initialement profité de cette annonce.

Le marché obligataire reculait. Vers 16 h 40, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,251%, contre 2,235% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,911%, contre 2,900%.