Source ID:; App Source:

Forte hausse des paris boursiers contre Bombardier

Le nombre d'actions de Bombardier vendues à découvert... (Archives La Presse)

Agrandir

Le nombre d'actions de Bombardier vendues à découvert est passé de 53 millions, à la fin de mars, à un peu plus de 74 millions cette semaine.

Archives La Presse

Richard Dufour

L'action de Bombardier est officiellement devenue cette semaine la plus vendue à découvert au pays.

Un bond de 40% du nombre d'actions de Bombardier vendues à découvert a été enregistré durant le mois d'avril, selon ce que révèle la plus récente mise à jour des plus importantes positions vendeurs consolidées publiée par la Bourse de Toronto.

Bombardier détrône ainsi la Banque TD, dont le titre était le plus vendu à découvert depuis le début de l'année. La vente à découvert est une manoeuvre par laquelle un investisseur emprunte une action en pensant que son prix reculera, dans l'espoir de la racheter plus tard à un prix moins élevé.

Le nombre d'actions de Bombardier vendues à découvert est passé de 53 millions, à la fin de mars, à un peu plus de 74 millions cette semaine. C'est le plus haut niveau observé sur l'action de Bombardier depuis le printemps 2014.

Cela survient alors que Bombardier connaît un début d'année mouvementé en Bourse. L'action affiche un recul de 5% jusqu'ici en 2017. Le repli est toutefois de 25% depuis le sommet atteint en janvier.

Les raisons

Les préoccupations des investisseurs peuvent s'expliquer de plusieurs façons. Si l'entreprise a reçu beaucoup d'attention médiatique négative au début d'avril concernant la rémunération des dirigeants, les allégations de dumping lancées par Boeing la semaine dernière ont alimenté l'inquiétude.

«Il faudra voir si la prise de bec avec Boeing aura un effet sur les efforts de ventes de C Series, en particulier aux États-Unis», a souligné cette semaine Kevin Chiang, de la CIBC, dans un rapport envoyé à ses clients.

À la mi-avril, Cameron Doerksen, de la Banque Nationale, indiquait que le carnet de commandes de jets d'affaires, de potentiels nouveaux délais de livraison pour des appareils de la C Series - en raison des pépins de production du motoriste Pratt & Whitney - ainsi que l'impact potentiel d'ennuis techniques dans la production de matériel roulant pour un contrat en Australie étaient tous des éléments qui continuaient d'inquiéter les investisseurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer