United Technologies (UTX) a affiché mercredi un bénéfice net des activités poursuivies en baisse de 26% pour son quatrième trimestre, ce que la société attribué à des éléments non récurrents, notamment des coûts de restructuration et l'acquisition de Goodrich pour 18,4 milliards $ US.

Publié le 23 janv. 2013
ASSOCIATED PRESS

Mais l'énorme pari du conglomérat sur le secteur de l'aéronautique semble porter fruit et deux de ses divisions dans ce secteur, le fabricant de moteurs d'avions Pratt & Whitney et UTC Aerospace Systems, ont réalisé d'importants gains au chapitre des revenus.

Le chef de la direction, Louis Chênevert, a qualifié 2012 d'«année de transformation» pour United Technologies, notamment en raison de l'acquisition de Goodrich et d'une entente de 1,5 milliard $ US chez Pratt & Whitney, pour racheter la participation de Rolls-Royce dans la coentreprise qui fabrique des moteurs pour l'Airbus A320.

Le bénéfice net des activités poursuivies de United Technologies s'est établi à 945 millions $ US, soit 1,04 $ US par action, pour le trimestre d'octobre à décembre, ce qui s'est avéré conforme aux attentes des analystes de Wall Street.

En incluant l'impact des activités abandonnées, le bénéfice s'est chiffré à 2,06 milliards $ US.

United Technologies a vendu des actifs jugés non essentiels des secteurs de l'énergie et industriel pour aider au financement de l'acquisition de Goodrich.

Les acquisitions ont aidé les revenus à grimper de 14 pour cent pour atteindre 16,44 milliards $ US, soit un peu moins que le chiffre d'affaires de 16,65 milliards $ US attendu par les analystes interrogés par la firme FactSet.

Les ventes ont plus que doublé chez UTC Aerospace Systems et elles ont aussi progressé chez Pratt & Whitney et chez le constructeur d'hélicoptères Sikorsky Aircraft.