L'homme d'affaires Stephen Jarislowsky a choisi d'accorder son soutien au Groupe Maple, préférant voir ce groupe d'investisseurs canadiens, et non la Bourse de Londres, acheter le Groupe TMX (X.TO).

LA PRESSE CANADIENNE

Le président du Conseil, chef de la direction et directeur de Jarislowsky Fraser Limitée a déclaré que «le Canada et sa communauté financière n'avaient pas besoin de l'aide de Londres pour assurer leur développement à l'échelle internationale».

Dans un communiqué diffusé par Maple, M. Jarislowsky a dit estimer que «le modèle d'affaires de Maple est solide». Selon lui, il «favorisera la création d'une bourse encore plus forte, capable de rayonner d'elle-même au plan international».

Dans les mots de M. Jarislowsky, «pour les actionnaires, un Groupe TMX fort est préférable à une fusion avec une bourse comme la London Stock Exchange (LSE) qui est en perte de vitesse».

La semaine prochaine, les actionnaires de TMX doivent voter sur la fusion de leur groupe en bourse.

Jeudi, la firme conseil ISS a quant à elle recommandé aux actionnaires du Groupe TMX d'avaliser la fusion de la société avec le London Stock Exchange Group, affirmant que l'argument stratégique en faveur de la fusion était solide.

Ces recommandations surviennent alors que s'intensifie la lutte pour le contrôle de la société qui exploite la Bourse de Toronto. Le groupe canadien Maple et le LSE ont tous deux bonifié leur offre, cette semaine.

Dans l'espoir de convaincre ses actionnaires d'accepter la fusion avec le LSE, le Groupe TMX a promis mercredi de leur verser un dividende spécial de 4 $ par action, en plus du prix d'achat déjà proposé. TMX s'est aussi engagé à maintenir un dividende trimestriel égal ou supérieur à celui de 40 cents par action qu'il verse actuellement.

Le Groupe Maple a aussitôt répliqué en augmentant son offre à 50 $ par action, plutôt que 48$.

Dans le cadre de son offre, Maple propose d'acheter jusqu'à 80 pour cent des actions de TMX à 50$ l'unité, versés en argent comptant. Cela serait suivi d'un échange d'actions pour la portion restante, ce qui verrait les actionnaires du TMX devenir minoritaires au sein de Maple.

Le groupe a établi qu'un minimum de 70 pour cent des actions de TMX seraient acquises au comptant, un seuil qui mènerait à une participation de 41,7 pour cent des actionnaires du TMX au sein de la nouvelle entité. Si le maximum de 80 pour cent des actions était acheté, les actionnaires du TMX seraient alors propriétaires de 27,8 pour cent de Maple.

Les investisseurs de Maple détiendraient la participation restante dans l'entreprise.

Le projet de fusion entre Londres et Toronto verrait les actionnaires de TMX recevoir 2,9963 actions de la nouvelle entreprise pour chaque action de TMX, ce qui leur donnerait approximativement une participation de 45 pour cent au sein de la société boursière fusionnée.

Maple est un consortium formé notamment de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Fonds de solidarité FTQ, de la Banque Nationale Groupe financier, du Mouvement Desjardins et du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario.

Jarislowsky Fraser Limitée a été fondée par Stephen Jarislowsky en 1955. La firme défend régulièrement les droits des actionnaires.