La Bourse de Toronto a chuté de presque trois pour cent, mardi, alors qu'une importante révision à la baisse des perspectives de croissance pour la Chine et une détérioration de la confiance des consommateurs américains ont eu pour effet d'accroître les craintes d'un affaiblissement de la reprise économique mondiale.

Malcolm Morrison LA PRESSE CANADIENNE

L'indice S&P/TSX de la place boursière torontoise a perdu 343,18 points, à 11 263,83 points, tandis que la Bourse de croissance TSXV a clôturé à 1409,74 points, en recul de 41,57 points.

Le dollar canadien a également terminé la journée en baisse, les préoccupations entourant la croissance mondiale ayant profité à la devise américaine. Le huard a perdu 1,78 cent US et clôturé à 94,76 cents US. Cependant, il n'a pas été le seul à perdre des plumes.

«Ce sont les petites économies, ouvertes, productrices de produits de base, et celles qui ont augmenté les taux qui subissent les pressions les plus fortes», a observé Mark Chandler, stratège chez RBC Marché des capitaux, faisant remarquer que les devises de la Nouvelle-Zélande et de l'Australie avaient aussi clôturé en forte baisse.

Les marchés ont chuté après que le Conference Board des États-Unis eut fait savoir, tard lundi, qu'une erreur de calcul l'avait amené à établir un indicateur avancé erroné pour la Chine, pour le mois d'avril. Cet indicateur de la croissance à venir n'était en hausse que de 0,3 pour cent, et non pas de 1,7 pour cent comme cela avait tout d'abord été annoncé.

La forte croissance en Chine a jusqu'à présent permis à l'économie mondiale d'amorcer une reprise, à la suite de la récession. La Bourse de Toronto a tout particulièrement profité de la demande chinoise de pétrole et de minéraux.

«L'économie mondiale est de toute évidence en train de ralentir, les problèmes en Europe ne s'en vont pas, et on se demande d'où la croissance va venir si celle de la Chine n'augmente pas aussi rapidement qu'on le croyait», a affirmé John Stephenson, gestionnaire de portefeuille à First Asset Funds.

Le pessimisme des consommateurs américains s'est accru en raison de l'annonce par le Conference Board américain d'une baisse de près de 10 points de son indice de confiance des consommateurs, passé à 52,9 en juin, par rapport au chiffre de 62,7 le mois précédent. Les analystes approchés par Thomson Reuters s'attendaient en moyenne à que l'indice diminue légèrement à 62,8.

La confiance des consommateurs canadiens a aussi reculé en juin, selon le plus récent rapport mensuel du Conference Board du Canada. L'organisme d'analyses économiques privé a annoncé mardi que son indice de confiance des consommateurs était passé à 83,6 ce mois-ci.

A Wall Street, la moyenne Dow Jones des 30 valeurs industrielles a chuté de 268,22 points et terminé la séance à 9870,3 points.

L'indice de référence S&P 500 a reculé de 33,33 points et clôturé à 1041,24 points. Quant à l'indice composé du Nasdaq, il a perdu 85,47 points, à 2135,18.