(Mountain View) Des centaines d’employés de Google aux États-Unis demandent à l’entreprise d’étendre ses prestations de soins de santé en matière d’avortement aux travailleurs contractuels et de renforcer la protection de la vie privée des utilisateurs de Google à la recherche d’informations sur l’avortement en ligne.

Publié le 18 août
Associated Press

La société mère de Google, Alphabet, s’était engagée à payer les frais de déplacement et autres frais de santé des employés cherchant à avorter à l’extérieur de l’État où ils résident et à aider certains travailleurs à déménager après que la Cour suprême des États-Unis a abrogé le droit constitutionnel à l’avortement. La décision de juin annulant la décision Roe c. Wade de 1973 a ouvert la voie à de sévères restrictions ou interdictions de l’avortement dans près de la moitié des États américains.

Les avantages pour les services d’avortement offerts par Google et d’autres entreprises technologiques ne couvrent pas la main-d’œuvre contractuelle, courante dans l’industrie technologique, qui est souvent moins bien payée et a moins d’avantages que les employés à temps plein.

Une lettre signée par plus de 650 employés et envoyée cette semaine au président-directeur général de Google Sundar Pichai et à d’autres dirigeants d’Alphabet appelle à l’inclusion des sous-traitants dans ces avantages.

Elle exige également que l’entreprise cesse tout don politique ou lobbying auprès des politiciens ou des organisations « responsables de la nomination des juges de la Cour suprême qui ont annulé Roe c. Wade et continuent d’enfreindre d’autres questions relatives aux droits de la personne liées à l’accès au vote et au contrôle des armes à feu ».

Les employés recherchent une protection supplémentaire pour les utilisateurs de Google, par exemple en bloquant les publicités qui dirigent de manière trompeuse les utilisateurs vers des « centres de crise de grossesse » antiavortement.

La pétition a été organisée par des membres de l’Alphabet Workers Union, un syndicat qui tente de gagner du terrain au sein de l’entreprise.

Google a refusé de commenter la pétition jeudi. La société a déclaré en juillet qu’elle commencerait à purger automatiquement les informations sur les utilisateurs qui se rendent dans des cliniques d’avortement ou d’autres endroits susceptibles de déclencher des problèmes juridiques. Les utilisateurs ont toujours eu la possibilité de modifier eux-mêmes leurs historiques de localisation, mais Google a déclaré qu’il le ferait de manière proactive pour eux en tant que niveau de protection supplémentaire.

La pétition des employés indique que l’entreprise devrait également instituer des contrôles immédiats de la confidentialité des données pour toutes les activités liées à la santé, y compris les informations sur l’avortement, afin qu’elles « ne soient jamais enregistrées, remises aux forces de l’ordre ou traitées comme un crime ».