Québec investit 55 millions de dollars dans un projet audacieux de transport de machinerie lourde dans le Grand Nord québécois.

Publié le 1er juillet
André Dubuc
André Dubuc La Presse

Par l’intermédiaire d’Investissement Québec (IQ), la province injecte 25 millions d’euros dans le capital-actions de Flying Whales et 15 millions d’euros dans celui de sa filiale Les dirigeables Flying Whales Québec. L’investissement gouvernemental est estimé à 55 millions en dollars canadiens.

« Ces contributions visent le développement et la certification de ballons dirigeables destinés au transport de charges lourdes et surdimensionnées en territoires difficilement accessibles par voie terrestre », explique-t-on dans le communiqué diffusé par Québec jeudi.

Le groupe Flying Whales vient de conclure un troisième tour de financement d’une valeur de 122 millions d’euros. Outre Québec, l’État français, par l’intermédiaire du bien nommé French Tech Souveraineté, et la Principauté de Monaco se joignent au voyage. Deux actionnaires actuels remettent des sous dans l’aventure, ALIAD (fonds d’Air Liquide) et le Groupe ADP.

« Flying Whales franchit une autre étape de sa croissance, où l’expertise québécoise permettra le développement d’une nouvelle génération d’aéronefs », s’est réjoui par voie de communiqué le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

« Volets majeurs » au Québec

Québec souhaite voir Flying Whales réaliser un volet recherche et développement cette année. Éventuellement, une usine de production d’aéronefs suivrait. Les premiers vols de certification et commerciaux sont prévus en 2025-2026. « Des volets majeurs seront développés au Québec, tels que le système de propulsion hybride électrique, l’avionique et la cabine d’équipage », espère publiquement le gouvernement.

Une centaine d’emplois seraient créés d’ici trois ans.

C’est ici [au Québec] que nous produirons et exploiterons la solution LCA60T pour les continents américains.

Sébastien Bougon, fondateur et PDG de Flying Whales

Fondée en 2012, Flying Whales ambitionne de créer des dirigeables-cargos (LCA60T) pour le transport de charges surdimensionnées jusqu’à 60 tonnes.

L’aéronef à inventer sera d’abord doté d’une propulsion hybride, puis entièrement électrique. La sustentation sera générée par l’hélium, précise-t-on. Les partenaires se réjouissent d’avance de sa faible empreinte environnementale.

Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler des dirigeables de Flying Whales. Le gouvernement du Québec avait approuvé en 2019 l’octroi par Investissement Québec de 30 millions dans le projet. Ces sommes ont été décaissées, a confirmé IQ en juillet 2020. La présence de Chinois dans le capital-actions a eu pour effet de retarder le projet d’implantation de cette filiale au pays, à la suite d’une décision d’Investissement Canada.

Flying Whales est en mesure d’exercer des activités commerciales au Canada depuis janvier 2022, assure aujourd’hui Québec.