Sur le point de relancer plusieurs liaisons qui ont été perturbées depuis deux ans en raison de la pandémie, VIA Rail perd sa présidente et cheffe de la direction Cynthia Garneau, qui cède sa place aux commandes de la société d’État fédérale.

Publié le 20 mai
Julien Arsenault
Julien Arsenault La Presse

Les raisons du départ de la gestionnaire, annoncé vendredi, n’ont pas été précisées. En poste depuis trois ans, Mme Garneau a quitté ses fonctions le jour même de sa démission. Cette dernière quitte en « très bons termes », affirme la présidente du conseil d’administration de VIA Rail, Françoise Bertrand.

« Elle [Mme Garneau] a été là pendant trois ans, a dit Mme Bertrand, au cours d’un bref entretien téléphonique avec La Presse. Il y a eu la pandémie, les [blocus ferroviaires]. Elle fait l’équivalent de six ans en trois ans. »

La présidente du conseil de la société d’État n’a pas voulu commenter davantage.

Dans un court communiqué, le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, a indiqué avoir « accepté » la démission de la dirigeante de VIA Rail. Il a souligné son travail pour « moderniser » l’organisation, qui a commencé à renouveler son parc de voitures et locomotives.

PHOTO CHARLES-ANTOINE GAGNON, archives LE DROIT

Cynthia Garneau a été présidente et cheffe de la direction de VIA Rail pendant trois ans.

« Je m’étais donné comme mission d’obtenir la confirmation pour le train à grande fréquence et avec le processus d’approvisionnement bien entamé, mon train est arrivé à destination, a indiqué Mme Garneau, dans un communiqué. C’est maintenant à un autre conducteur de mener l’organisation pour les prochaines étapes. »

Cette personne est Martin Landry, actuellement chef des affaires commerciales.

En 2021, VIA Rail a affiché une perte d’exploitation de 370,5 millions, soit 45 millions de mois par rapport à l’année précédente. L’an dernier, Mme Garneau a eu droit à une rémunération totale qui oscillait entre 306 230 $ et 401 688 $, selon le rapport annuel de VIA Rail.

D’ici la fin juin, les fréquences augmenteront progressivement sur l’ensemble des liaisons offertes par VIA Rail. Le service avait été affecté par la baisse de l’achalandage provoqué par la crise sanitaire.