(Moscou) La justice russe a condamné mardi le géant américain du numérique Meta (ex-Facebook) et le réseau social TikTok à des amendes pour n’avoir pas supprimé des publications LGBT, ont annoncé les agences de presse russes.

Publié le 26 avril
Agence France-Presse

Le tribunal moscovite de Taganski a d’abord condamné Meta, la maison-mère des réseaux sociaux Facebook et Instagram, à une amende de quatre millions de roubles (environ 68 000 $ au taux actuel) pour n’avoir pas supprimé des contenus faisant la « propagande » de contenus LGBT.

Dans une autre audience, le tribunal Mirovoï de Moscou a condamné la plateforme TikTok, filiale du groupe chinois ByteDance, à une amende de deux millions de roubles pour la même raison.

Les grandes entreprises du numérique sont régulièrement condamnées en Russie à des amendes, accusées de ne pas effacer des contenus jugés dangereux pour les mineurs ou liés à l’opposition.

Cette pression s’est encore renforcée depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine qui a vu de nombreux sites indépendants et de l’opposition être interdits.

En mars, les autorités russes ont également interdit Facebook et Instagram pour « extrémisme ».

La Russie a adopté en 2013 une loi contre la « propagande » homosexuelle auprès des mineurs, qui a servi de prétexte pour interdire des marches des fiertés et l’affichage de drapeaux arc-en-ciel.