Un gestionnaire d’actifs new-yorkais vient de profiter de la faiblesse de Marché Goodfood en Bourse pour acheter massivement des actions de l’épicier en ligne montréalais.

Publié le 13 janvier
Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

Phoenician Capital a plus que doublé son investissement dans Goodfood depuis deux mois pour ainsi commencer le mois de janvier avec plus de 9,3 millions d’actions de Goodfood en portefeuille, l’équivalent d’une participation supérieure à 12 % dans l’entreprise.

Phoenician Capital est dorénavant le plus important actionnaire institutionnel de Marché Goodfood devant edō Capital, un fonds de capital d’amorçage privé possédant une participation de 9 %.

Les récents achats d’actions de Goodfood par Phoenician sont révélés dans un document déposé cette semaine auprès des autorités boursières. Il y est d’ailleurs précisé que selon l’évolution de différents facteurs, Phoenician pourrait éventuellement demander des changements (composition du conseil, équipe de direction, etc.).

L’action de Goodfood a perdu 66 % de sa valeur en 2021, après avoir connu une année boursière exceptionnelle en 2020. Le repli boursier a notamment été expliqué par l’inflation des salaires, la hausse du prix des aliments, les coûts liés au développement de l’offre en ligne ainsi que l’assouplissement des mesures sanitaires avant l’arrivée du variant Omicron.

Il n’a pas été possible de parler mercredi à un représentant de Phoenician Capital. Toutefois, une personne au fait de la stratégie d’investissement des principaux actionnaires institutionnels de Goodfood souligne que le titre est actuellement évalué comme si les activités de repas prêts à cuisiner étaient en déclin permanent et que les activités d’épicerie en ligne étaient inexistantes.

« Le cours boursier actuel offre gratuitement aux investisseurs les activités d’épicerie en ligne et les activités de repas prêts à cuisiner à un prix escompté », soutient cette personne qui ne peut être nommée parce qu’elle n’est pas autorisée à parler publiquement.

« Nous avons une excellente relation avec Phoenician Capital », indique de son côté le grand patron de Goodfood, Jonathan Ferrari.

« Ils soutiennent la stratégie et l’équipe de direction, et sont des investisseurs patients à long terme qui croient en la mission de Goodfood qui, si elle est exécutée avec succès, pourrait conduire à la multiplication du cours de l’action par rapport au niveau actuel », précise-t-il.

« La taille de leur investissement démontre qu’ils croient que Goodfood peut devenir un chef de file dans le domaine de la livraison à la demande, ce qui représente une opportunité de plusieurs milliards pour Goodfood. »

Alors que certains investisseurs ont eu peur de la volatilité du cours de l’action, l’équipe de Phoenician se concentre sur l’exécution réussie de l’entreprise sous-jacente, le suivi culte de nos milliers de produits d’épicerie, ainsi que le potentiel du réseau à la demande que nous construisons à travers le Canada qui change la donne.

Jonathan Ferrari, patron de Goodfood

Questionné pour savoir si Phoenician a formulé des demandes spécifiques, Jonathan Ferrari répond qu’il s’agit d’un investisseur passif (pas de sièges au conseil d’administration ou de droit de vote spécial). « Nous interagissons régulièrement avec eux », dit-il.

Bien que l’expansion des activités d’épicerie en ligne soit la principale avenue de croissance de Goodfood pour les prochaines années, les investisseurs manquent d’informations pour mesurer le progrès réalisé dans ce segment de marché, croit l’analyste Martin Landry, chez Stifel/GMP. « C’est pourquoi peu de valeur y est accordé. »

Il pourrait s’écouler un certain temps avant que le succès de l’entreprise se reflète dans les résultats financiers et la rentabilité, selon lui. « Par conséquent, la patience des investisseurs pourrait être testée », souligne-t-il dans un rapport publié cette semaine.

Marché Goodfood dévoilera ses résultats de début d’exercice mardi prochain et tiendra également le même jour l’assemblée annuelle de ses actionnaires. Cette assemblée se tiendra évidemment de façon virtuelle en raison de la pandémie.

Évalué à environ 35 millions de dollars, le placement dans Goodfood est le deuxième investissement en importance détenu par Phoenician Capital. Son gros placement est dans l’entreprise goeasy, une fintech de Mississauga, en Ontario.

L’action de Goodfood a gagné 2 % mercredi pour clôturer à 3,66 $ à la Bourse de Toronto. À son sommet l’année dernière, le titre valait une quinzaine de dollars.