Attaquée dans un rapport rédigé par un vendeur à découvert, Nuvei a bu la tasse mercredi en Bourse. Après avoir reçu des appuis, cependant, la direction du fournisseur montréalais de solutions de paiement électronique a reconfirmé ses prévisions et ses objectifs à long terme.

Mis à jour le 8 déc. 2021
Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

Le fondateur et PDG de Nuvei, Philip Fayer, a qualifié mercredi le rapport de la firme Spruce Point Capital de « nuisible » (hurtful) à l’occasion d’une conférence à laquelle il participait, et a indiqué que Nuvei n’allait pas l’ignorer.

Le PDG a aussi expliqué que la réponse ultime demeurait la performance, et que son équipe et lui allaient continuer d’exécuter leur stratégie, rapporte l’analyste George Mihalos, de la firme Cowen.

En fin de journée, Nuvei a indiqué par communiqué que le rapport était « fallacieux » et qu’il contenait des conclusions, insinuations et attaques inexactes contre des dirigeants.

Les attaques personnelles contre des dirigeants semblent avoir été faites pour attirer l’attention ailleurs que sur les succès et les progrès de l’entreprise.

Extrait d'un communiqué de Nuvei

L’action de Nuvei a perdu 40 % de sa valeur mercredi à la suite de la publication du rapport de recherche de Spruce Point.

Après avoir glissé jusqu’à 54 $ durant la séance, l’action de Nuvei a clôturé à 73,12 $ mercredi à Toronto. Le titre avait touché un sommet de 180 $ en septembre, mais avait depuis amorcé un repli sur les marchés.

L’essentiel du rapport se concentre sur les antécédents des dirigeants, l’historique de Pivotal Payments ( nom précédent de Nuvei), des entités liées à des acquisitions, la croissance organique et les informations financières publiées par Nuvei, résume l’analyste Paul Treiber, de RBC.

« Le passé des dirigeants et l’histoire de Pivotal étaient connus au moment du premier appel public à l’épargne de Nuvei et les acquisitions réalisées depuis l’entrée en Bourse sont sans importances d’un point de vue financier », commente cet expert.

« L’appréciation du titre depuis que Nuvei est en Bourse reflète l’accélération significative de la croissance organique actuelle et anticipée, et les prévisions de la direction laissent entendre que cette accélération est soutenable et ne dépend pas d’un seul client », ajoute Paul Treiber.

En ce qui concerne les informations financières divulguées, cet analyste admet que Nuvei dévoile moins de détails entourant des mesures de performance que ses comparables, mais ajoute que la direction a commencé à en révéler plus qu’auparavant.

Selon George Mihalos, il ne fait aucun doute qu’une occasion est créée et que les investisseurs doivent profiter de la faiblesse du titre pour acheter des actions. « Je continue de croire que mes projections et les prévisions de la direction à long terme sont réalisables. »

Spruce Point Capital a pris pour cibles plusieurs entreprises montréalaises depuis quatre ans, dont Lightspeed et Dollarama.

En entrevue, l’auteur du rapport, Ben Axler, explique que Nuvei est apparu sur son écran radar quand il a effectué des recherches sur Lightspeed, une entreprise spécialisée dans le commerce infonuagique. « J’ai constaté un chevauchement d’intérêts de la part de certains investisseurs », dit-il.

Ces gens font leurs recherches et nous faisons les nôtres. Nous avons une opinion différente des mérites et de la valeur de l’entreprise.

Ben Axler

La Caisse de dépôt et placement du Québec et la firme d’investissement Novacap étaient les deux principaux actionnaires institutionnels de Nuvei lors de l’inscription en Bourse de l’entreprise en septembre l’an passé. Si la direction de Nuvei n’avait pas répondu à notre demande d’entrevue au moment de publier, la Caisse de dépôt a quant à elle indiqué qu’elle était un investisseur de long terme et qu’elle prenait ses décisions d’investissement dans cette perspective. « C’est pourquoi nous ne commentons pas au jour le jour les fluctuations d’une société cotée sur les marchés, dans un sens comme dans l’autre. »

Onze des 14 analystes qui suivent officiellement Nuvei recommandaient tous l’achat de l’action en date de mercredi.

La vente à découvert est une manœuvre par laquelle un investisseur emprunte une action en espérant que sa valeur reculera dans l’espoir de la racheter plus tard à un prix moins élevé. En vendant le titre de Nuvei à découvert, Spruce Point Capital est positionnée pour réaliser des profits avec une chute de l’action.

La firme américaine Citron Research, qui a publié son lot de rapports négatifs sur des entreprises au fil des années, s’est par ailleurs portée à la défense de Nuvei mercredi.

Sur Twitter, le patron de Citron n’a pas hésité à affirmer qu’il achetait des actions de Nuvei. « Le titre est très survendu. Spruce emploie le mot “fraude” 48 fois dans son rapport. Il est facile de trouver des plaintes de clients sur n’importe quelle entreprise. On s’en moque qu’un PDG n’ait pas obtenu de diplôme universitaire ou qu’il ait commis des infractions au Code de la route. »

Dans un second tweet, Citron précise ne pas excuser l’omission d’informations par la direction de Nuvei, mais estime que la réaction des investisseurs est exagérée.