Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont eu un impact sur les livraisons de BRP au troisième trimestre. Le constructeur de véhicules récréatifs a vu ses profits et revenus fléchir.

Mis à jour le 1er déc. 2021
Julien Arsenault
Julien Arsenault La Presse

La société établie à Valcourt a dévoilé mercredi un bénéfice net de 127,7 millions, ou 1,53 $ par action, en recul d’environ 36 % comparativement à il y a un an. Pour la période de trois mois ayant pris fin le 31 octobre, le chiffre d’affaires s’est contracté de 4,8 %, à 1,59 milliard.

« Nos résultats pour le troisième trimestre reflètent la diminution précédemment attendue des livraisons de produits découlant des perturbations de la chaîne d’approvisionnement », a commenté le président et chef de la direction de BRP, José Boisjoli, dans un communiqué.

À l’instar de nombreuses entreprises, le constructeur des Ski-Doo, des Sea-Doo et Can-Am a de la difficulté à obtenir les semi-conducteurs, composants que l’on retrouve dans des puces électroniques essentielles au fonctionnement de certains modules.

Cela freine sa capacité à regarnir les stocks de ses concessionnaires, qui sont à des creux historiques, alors que l’intérêt des consommateurs, qui s’est accentué depuis le début de la pandémie de COVID-19, demeure au rendez-vous.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice normalisé de BRP a été de 1,48 $ par action, par rapport à 2,13 $ par action au troisième trimestre de l’exercice précédent.

La multinationale québécoise a néanmoins répondu en partie aux attentes des analystes, qui anticipaient un profit ajusté par action de 1,33 $ sur des recettes de 1,7 milliard, selon la firme de données financières Refinitiv.

« Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits de la performance de BRP au troisième trimestre, a souligné l’analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, dans une note. L’entreprise a une fois de plus démontré sa capacité à dégager de solides résultats malgré les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement. »

Le constructeur de véhicules récréatifs anticipe que son profit ajusté par action devrait osciller entre 9 $ et 9,75 $ pour l’exercice. Sa fourchette précédente allait de 8,25 $ à 9,75 $.