Un autre centre commercial envisage l’ajout d’une composante habitation à sa propriété.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

Le propriétaire du plus vieux centre commercial couvert de Montréal vient de s’inscrire au registre des lobbyistes en ce sens.

Place Versailles inc., propriété de la famille Dubrovsky et de William Gregory, souhaite arriver à une entente de développement avec la Ville de Montréal « pour la transformation graduelle du site de Place Versailles en un projet immobilier mixte », peut-on lire dans le mandat enregistré le 5 novembre.

« II est prévu de mener un développement mixte commercial, bureaux et résidentiel (condominiums, appartements locatifs, logements sociaux) sur une période de 25 ans », y est-il écrit.

La démarche s’inscrit dans le cadre de l’élaboration d’un plan particulier d’urbanisme (PPU) du secteur Radisson, lequel a été lancé en octobre par l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

« C’est un projet à l’état embryonnaire, a fait savoir André Bouthillier, de la firme National, agissant à titre de porte-parole des propriétaires. Le projet prendra réellement forme après l’élaboration du PPU. »

Ce n’est pas demain la veille. Toutes sortes d’étapes sont prévues avant son adoption, projetée à l’hiver 2023. Pour sa part, l’Office de consultation publique de Montréal entendra les parties prenantes à l’automne 2022. Dans l’immédiat, un atelier de travail réunissant les acteurs de la société civile, les organismes communautaires et les propriétaires fonciers du secteur est organisé le 30 novembre 2021.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Le centre Place Versailles est situé au 7275, rue Sherbrooke Est

Situé au 7275, rue Sherbrooke Est, le centre Place Versailles est ceinturé par les rues De Boucherville, du Trianon, Pierre-Corneille et l’avenue de l’Authion. Inauguré en 1963, le centre compte 1 million de pieds carrés et plus de 225 magasins. Il se démarque par ses cinq fontaines, dont la première fontaine graphique en Amérique du Nord. La propriété offre 4000 cases de stationnement. Canadian Tire, Winners et Sports Experts figurent parmi ses locataires piliers.

La mode est aux logements

Ce n’est pas le premier ni le seul projet de transformation de centre commercial en un quartier à vocation mixte à voir le jour dans la région montréalaise. La Presse a publié un dossier sur la transformation à venir des centres commerciaux l’hiver dernier.

Lisez notre dossier « Centres commerciaux : moins d’asphalte, plus de rendement »

Dernièrement, deux autres transactions concernant des centres commerciaux semblent s’inscrire dans cette logique. Groupe Brivia, connu pour ses complexes locatifs et de condos comme le YUL, près du Centre Bell au centre-ville de Montréal, a acheté en août dernier pour 70 millions le Centre Carnaval, sur le boulevard Newman, près du Carrefour Angrignon, dans l’arrondissement de LaSalle.

« Les villes sont ouvertes à voir plus d’usages et une meilleure utilisation des sites », a souligné Marie-France Benoit, directrice principale de la firme de services immobiliers Altus, lors d’une récente présentation devant l’Institut de développement urbain.

Elle a aussi donné l’exemple du Groupe Guzzo, qui a acquis en avril 2021 le Centre Jacques-Cartier, dans le Vieux-Longueuil, pour 21 millions.

Avec la collaboration de Julien Arsenault, La Presse