En plus de décrocher ce qui serait la plus grosse commande de sa jeune histoire, la Compagnie électrique Lion verrait son carnet de commandes plus que doubler si son plus récent client reçoit la confirmation qu’il est admissible aux subventions d’un programme fédéral destiné aux transports en commun.

Julien Arsenault
Julien Arsenault La Presse

Student Transportation of Canada (STC) a annoncé lundi vouloir acheter 1000 autobus électriques construits par Lion, une entente qui, selon les prix catalogues, oscillerait aux alentours de 300 millions.

Filiale de Student Transportation of America, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec est l’actionnaire de contrôle (CDPQ), l’entreprise établie en Ontario a déjà présenté une demande de subvention auprès d’Ottawa dans le cadre du Fonds pour le transport en commun à zéro émission (FTCZE).

Présentée en août dernier, cette initiative, qui s’accompagne d’une enveloppe de 2,75 milliards sur cinq ans, propose d’amortir jusqu’à 50 % des dépenses admissibles. Un autobus scolaire électrique coûte environ 300 000 $ avant l’octroi des différents incitatifs financiers.

« [Cela] devrait accélérer les commandes au Canada hors Québec alors que les grands exploitants se précipitent pour obtenir des subventions d’Infrastructure Canada », a estimé l’analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, dans une note envoyée à ses clients.

À la Bourse de Toronto, la nouvelle a également été bien accueillie par les investisseurs. Lundi après-midi, le titre de l’entreprise québécoise a avancé de 1,74 $, ou 11,8 %, pour clôturer à 16,49 $ – en deçà de son cours de clôture de 21,59 $ au terme de sa première séance de négociation, le 7 mai dernier.

Si le contrat se concrétise, les véhicules LionC, qui peuvent transporter jusqu’à 72 élèves, seraient assemblés à l’usine de l’entreprise située à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Les livraisons débuteraient l’année prochaine et s’échelonneraient sur quatre ans.

La commande d’autobus électriques la plus volumineuse obtenue par Lion avait été annoncée en mai dernier. Filiale québécoise du transporteur scolaire américain First Student, Transco s’était engagée à acquérir 260 véhicules. Au Québec, des incitatifs financiers sont déjà en place pour accélérer la conversion du parc d’autobus scolaires en réduisant le coût d’acquisition des véhicules et des bornes de recharge.

« Nous considérons ces potentielles grosses commandes comme importantes pour valider la technologie de Lion et aider l’entreprise à accroître sa taille, ce qui est nécessaire pour améliorer ses indicateurs de rentabilité », a souligné l’analyste Mark Neville, de la Banque Scotia, dans une note.

Même si ses revenus sont en croissance, Lion n’affiche toujours pas de bénéfice net.

Un ajout considérable

En date du 12 août dernier, l’entreprise québécoise avait obtenu des commandes pour 965 véhicules électriques, soit 262 camions et 703 autobus. La valeur du carnet de commandes était estimée à plus de 280 millions.

STC, une entreprise privée, peut soumettre une demande en vertu du FTCZE. Selon les modalités du programme, elle doit faire affaire avec « une commission scolaire publique ou un gouvernement municipal, régional, provincial ou territorial ».

Il n’a pas été possible de savoir quand une décision serait prise par Ottawa. La société mère de STC dit exploiter un parc de 16 000 véhicules en Amérique du Nord.

Lion, qui ambitionne de construire annuellement 2500 autobus et camions à Saint-Jérôme, s’attend également à commencer l’assemblage de véhicules électriques aux États-Unis pendant la deuxième moitié de 2022 dans son usine de fabrication d’une superficie de 900 000 pieds carrés en banlieue de Chicago.

La semaine dernière, Lion et Demers Ambulances ont annoncé un partenariat afin d’offrir un véhicule d’urgence 100 % électrique dès l’an prochain. Lion fournit le châssis de l’ambulance alors que Demers s’occupe de l’intérieur du compartiment médical.

Ces deux partenaires croient pouvoir déployer au moins 1500 ambulances électriques au cours des cinq prochaines années au Canada ainsi qu’aux États-Unis.

« Nos prévisions demeurent inchangées et nous nous attendons à des volumes de production annuels [pour tous les types de véhicules] de 1100, 2400, 4800 et 7300 unités en 2022, 2023, 2024 et 2025 », a indiqué M. Neville, à la suite de l’annonce d’une commande potentielle de 1000 autobus électriques.

Lion doit présenter ses résultats du troisième trimestre le 10 novembre prochain après la fermeture des marchés.