Bay Street accueille favorablement la nomination du nouveau PDG du producteur de pot de Gatineau Hexo, Scott Cooper, un vétéran du secteur des produits de consommation.

Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

« C’est prometteur », commente l’analyste John Zamparo, chez Marchés mondiaux CIBC.

Scott Cooper est le grand patron de Truss Beverages, une coentreprise créée par Molson Coors Canada et Hexo pour lancer des boissons non alcoolisées infusées au cannabis.

« Nommer une personne [à qui l’organisation est familière] devrait accélérer le développement de l’entreprise alors que ses connaissances de l’industrie du cannabis devraient le rendre [à l’aise] avec la réglementation, les goûts et les préférences des consommateurs, ainsi qu’avec la dynamique générale dans le secteur », ajoute John Zamparo.

Rétablir la crédibilité de l’entreprise auprès des investisseurs, atteindre la rentabilité et intégrer les récentes acquisitions sont les priorités chez Hexo, selon cet expert.

La nomination de Scott Cooper est similaire à celles annoncées par d’autres producteurs de cannabis et répond à mon souhait que Hexo désignerait une personne d’expérience du secteur des produits de consommation.

Tamy Chen, analyste chez BMO

Tamy Chen se montre optimiste en raison du succès obtenu par Truss sous la direction de Scott Cooper. Elle ajoute cependant demeurer « prudente » d’ici à ce que Scott Cooper précise la stratégie qu’il entend mettre de l’avant.

Avant de devenir PDG de Truss l’année dernière, Scott Cooper a passé une douzaine d’années chez Molson Coors où il a occupé plusieurs postes de direction. Il a notamment été responsable de l’innovation. Avant de travailler chez Molson Coors, il avait entre autres été cadre chez Sobeys, Unilever et Cadbury.

S’il devient immédiatement PDG de Hexo, il continuera simultanément d’exercer son rôle actuel de PDG de Truss pour un maximum de six mois, le temps de permettre une transition « harmonieuse » pour l’entreprise.

Cette situation peut poser un risque pour Hexo, selon John Zamparo, puisque le rôle de PDG chez Hexo est particulièrement exigeant, notamment en raison des besoins actuels au chapitre de l’intégration des récentes acquisitions.

Hexo en a réalisé trois cette année (Zenabis Global, 48 North et Redecan).

Hexo avait annoncé lundi le départ immédiat de son PDG et cofondateur, Sébastien St-Louis, et la démission du chef des opérations, Donald Courtney. Ce dernier continue toutefois d’exercer ses fonctions jusqu’à ce qu’un remplaçant soit trouvé.

Hexo souligne par communiqué que Scott Cooper est bien placé pour intégrer les récentes acquisitions et tirer parti des capacités de production allégée, des marques et de l’offre de produits de l’entreprise pour la mener dans la prochaine étape de son évolution stratégique.

Les changements apportés à l’équipe de direction surviennent après qu’un investisseur influent a exercé de la pression sur le conseil d’administration.

Selon BNN Bloomberg, l’investisseur Adam Arviv a fait parvenir une lettre aux administrateurs de Hexo le 26 septembre soulignant notamment que Sébastien St-Louis a surendetté l’entreprise pour financer l’achat de deux entreprises en difficulté (Zenabis et 48 North) et que Hexo n’était pas gérée dans le meilleur intérêt de ses actionnaires.

Toujours selon BNN Bloomberg, Adam Arviv recommandait dans sa lettre que le conseil d’administration nomme au poste de PDG l’actuel chef des finances de Hexo, Trent MacDonald, l’ancien copropriétaire de Redecan, Pete Montour, ou encore Vincent Chiara, qui est membre du conseil de Hexo et président de Groupe Mach.

Fournisseur privilégié de la Société québécoise du cannabis (SQDC), Hexo a été fondée par Sébastien St-Louis et Adam Miron en 2013 sous le nom de Hydropothicaire. L’entreprise avait changé d’identité en 2018 pour adopter le nom Hexo.

Le siège social de Hexo a récemment été ramené à Gatineau après avoir été délocalisé à Kanata, en banlieue d’Ottawa, il y a une vingtaine de mois.

L’effectif d’Hexo est aujourd’hui d’environ 1500 employés, dont près de 400 sont au Québec, principalement à Gatineau.

L’action de Hexo a cédé près de 7 % mercredi pour clôturer à 2,24 $ à Toronto. Le titre avait néanmoins gagné 15 % la veille.