(Montréal) L’équipe de Metro voit plusieurs signes que les comportements des consommateurs reviennent à la normale, mais l’enseigne Adonis continue de subir les impacts négatifs de la pandémie, a dit Eric La Flèche, le président et chef de la direction.

Stéphane Rolland La Presse Canadienne

« C’est encore difficile pour Adonis », admet le dirigeant dans une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre avec les analystes financiers. « Un plus grand nombre de ses magasins sont situés en centre urbain, à Montréal principalement, et certains de nos magasins en ville subissent une perte de l’achalandage en raison de l’été, des vacances et de la réouverture des restaurants. »

Adonis, dont Metro a pris le plein contrôle en 2017, affiche tout de même une bonne performance, assure M. La Flèche. 

On n’est pas encore revenu au niveau d’avant la pandémie. Nous croyons que nous pourrons y revenir bientôt.

Eric La Flèche, le président et chef de la direction

Les résultats de l’entreprise montréalaise, qui détient aussi les pharmacies Jean Coutu et les épiceries Super C, évoquent plusieurs signes d’un retour à la normale au cours de la période de trois mois clos le 3 juillet. Le dirigeant a noté que l’achalandage avait augmenté sur une période d’un an, pour une première fois depuis le début de la pandémie. En contrepartie, la taille des paniers a diminué tandis que les consommateurs limitent moins leur déplacement.

Autres signes de normalité, les ventes comparables dans le secteur de l’alimentation ont décliné de 3,6 %, comparé à la même période l’an dernier où les ventes des épiciers avaient connu une hausse sans précédent dans la foulée des restrictions sanitaires. La reprise des visites normales dans les cliniques médicales a aussi engendré une augmentation des revenus de 9,3 % pour les médicaments d’ordonnance, ce qui a permis une hausse de 7,6 % des ventes en pharmacies.

Résultats inférieurs aux attentes

Les résultats de Metro ont toutefois été inférieurs aux attentes des analystes. Le bénéfice ajusté par action a diminué de 1,9 %, par rapport à l’an dernier, à 1,06 $. Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice de 1,12 $, selon Refinitiv. L’entreprise a réalisé un bénéfice net de 252,4 millions en baisses respectives de 4,2 %.

À la Bourse de Toronto, l’action terminait la séance en baisse de 1,36 $, ou 2,12 %. À 62,93 $.

Les revenus, pour leur part, sont passés de 5,835 milliards à 5,719 milliards, en baisse de 2 %.

M. La Flèche a souligné que les ventes en lignes ont augmenté de 19 % et qu’elles atteignent cinq fois le seuil de 2019. La société a d’ailleurs ouvert son premier magasin destiné uniquement au commerce en ligne à Montréal. Auparavant, elle remplissait principalement les commandes en ligne à partir de trois magasins situés dans la région.

Le dirigeant affirme que ce changement est plus efficace. « Nous sommes en processus de démarrage, mais nous sommes très heureux des progrès, affirme-t-il. Pour tous nos indicateurs, comme les items manquants dans une commande, nous voyons des améliorations par rapport à l’ancien système, comme nous le souhaitions. »

La société a aussi mentionné que son centre de distribution de produits frais automatisé à Toronto est maintenant opérationnel. Le projet a ajouté 8 millions en coûts non récurrents au cours du trimestre. En excluant ces dépenses et les dépenses plus élevées liées à la COVID-19, les résultats seraient conformes aux attentes de la moyenne des analystes, croit Chris Li, de Desjardins Marché des capitaux.

Metro prévoit qu’à court terme, avec la diminution progressive des restrictions liées à la COVID-19, le chiffre d’affaires alimentaire continuera de diminuer par rapport au niveau exceptionnellement élevé de 2020, mais qu’il se comparera favorablement au niveau prépandémie.

Du côté de la pharmacie, l’assouplissement des restrictions devrait avoir un impact positif sur certaines catégories de la section commerciale qui ont été affectées négativement par la pandémie, comme les sections beauté et cosmétiques ainsi que les produits contre le rhume et la grippe.