(Washington) La bataille continue pour le rachat de la compagnie de chemin de fer américaine Kansas City Southern (KCS) : le regroupement du Chemin de fer Canadian Pacifique (CP) serait prêt à présenter une nouvelle offre afin de ravir KCS à son rival Canadian National (CN), selon le Wall Street Journal lundi.

Agence France-Presse

Le conseil d’administration de la compagnie canadienne s’est réuni lundi pour autoriser une offre à environ 300 dollars le titre, ce qui valoriserait KCS à autour de 27 milliards de dollars, selon le journal, qui cite des sources proches du dossier. Il n’est pas précisé si ce montant inclut les 3,8 milliards de dollars de dette de la compagnie.

S’il présente cette nouvelle offre, le transporteur canadien, deuxième du pays pour le fret ferroviaire, reviendrait à la charge pour tenter souffler le réseau du Midwest américain à son concurrent CN, le numéro un canadien. Celui-ci avait lui-même renchéri une offre d’achat précédente en mai et remporté un accord de fusion avec KCS au détriment de son rival Canadian Pacific, premier candidat au rachat.

L’enjeu de cette bataille est de créer le premier chemin de fer reliant directement le Canada, les États-Unis et le Mexique, joignant les ports et usines mexicains aux ports et ressources énergétiques canadiens et américains.

La fusion cherche aussi à bénéficier des flux commerciaux générés par l’accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (USMCA).

Avec son réseau de 11 000 km, la très convoitée Kansas City Southern est la plus petite des compagnies de chemin de fer majeures aux États-Unis. Elle offre un accès au cœur de l’Amérique à partir du Missouri, au sud de la Corn Belt, d’où part un vaste réseau ferroviaire qui relie les fermes du Midwest aux ports du Golfe du Mexique.

Les actions de KCS ont conclu à 269,60 dollars lundi et s’inscrivaient en hausse de 5 % dans les échanges électroniques après la clôture.