(Grand Sudbury) La première grève chez Vale Canada en plus d’une décennie prend fin après que les travailleurs syndiqués de la mine de Sudbury, en Ontario, ont ratifié une nouvelle convention collective.

La Presse Canadienne

L’entreprise a annoncé mercredi que les membres de la section locale 6500 du Syndicat des Métallos avaient appuyé, dans une proportion de 85 %, l’accord de cinq qui prend effet immédiatement.

Les employés reprendront le travail à partir de lundi et la production augmentera dans les semaines à venir.

Le syndicat a indiqué que l’accord qui expirera le 31 mai 2026 prévoyait un paiement de 2500 $ en août en reconnaissance des efforts déployés pendant la pandémie, une prime à la signature de 3500 $ à verser en septembre et une augmentation de salaire de 6 % et un ajustement au coût de la vie d’au moins 2,46 $ l’heure sur cinq ans.

Parmi les autres changements se trouvait l’amélioration des prestations de retraite et des avantages sociaux liés aux soins de santé.

L’arrêt de travail a commencé le 1er juin, lorsque les travailleurs ont rejeté une proposition de la société minière brésilienne et se sont opposés à une offre ultérieure.

« Les deux derniers mois ont été difficiles pour tout le monde », a affirmé le directeur de l’exploitation pour les activités de l’Atlantique Nord, Dino Otranto.

« Nous sommes ravis que l’entreprise et le syndicat aient pu trouver un terrain d’entente et une voie à suivre. Nous sommes impatients d’accueillir à nouveau tout le monde.

Il a ajouté qu’il existait de nombreuses occasions d’affaires pour l’entreprise, en raison de la croissance du marché des véhicules électriques, car le nickel, le cuivre et le cobalt produits par la mine sont des métaux essentiels pour l’atteinte d’un avenir à faibles émissions de carbone.