L’entreprise montréalaise de génie-conseil SNC-Lavalin a dépassé les attentes des analystes et des investisseurs pour ses résultats du deuxième trimestre 2021, annoncés vendredi.

Martin Vallières
Martin Vallières La Presse

Cela lui a valu un rebond de 3,5 % de sa valeur boursière, sa meilleure journée en Bourse depuis la mi-mai.

SNC-Lavalin a déclaré un bénéfice net (des activités poursuivies) de 29,2 millions, ou 17 cents par action diluée, ce qui est supérieur aux 15 cents attendus par les analystes. Il s’agit d’un redressement considérable par rapport à la perte de 25,3 millions qui avait été comptabilisée par l’entreprise il y a un an, au deuxième trimestre 2020.

Ses revenus trimestriels ont atteint 1,8 milliard, en hausse de 8 % sur un an, résultat légèrement supérieur aux attentes des analystes et des investisseurs.

Dans ses commentaires aux investisseurs et autres parties prenantes chez SNC-Lavalin, le président et chef de la direction, Ian Edwards, a indiqué que la principale division de l’entreprise, SNCL Services d’ingénierie, avait connu une « solide performance » et une « forte rentabilité » lors de ce trimestre terminé le 30 juin.

Par ailleurs, « le carnet de commandes demeure robuste à 11,1 milliards, avec 1,5 milliard en nouveaux contrats durant le second trimestre, soit 1,5 % de plus que l’an dernier », a souligné M. Edwards.

Durant ce trimestre, SNC-Lavalin a continué de réduire ses arrérages de contrats clés en main à prix forfaitaire (CMPF), un secteur d’activité dans lequel l’entreprise avait subi de lourdes pertes au cours des dernières années.

SNC-Lavalin a en outre confirmé la clôture en fin de trimestre de la revente de la majeure partie de ses activités dans l’industrie pétrolière et gazière à l’entreprise de génie-conseil Kentech, dont le siège est à Dubaï.

Cette transaction de revente d’activités dans lesquelles SNC-Lavalin a inscrit des pertes de près de 2 milliards ces dernières années avait été annoncée en février dernier.

La part restante de cette revente d’activités dans l’industrie pétrolière, soit celles situées en Arabie saoudite qui comptaient pour le quart des revenus pétroliers chez SNC-Lavalin, devrait être conclue d’ici la fin du troisième trimestre après l’autorisation des autorités saoudiennes.

Satisfaction ressentie en Bourse

Quant aux perspectives d’affaires de SNC-Lavalin pour les prochains trimestres, on devrait en apprendre davantage lors d’une conférence d’analystes et d’investisseurs convoquée en mode virtuel pour le 28 septembre.

N’empêche, des analystes comme Benoit Poirier, chez Desjardins Marché des capitaux, ont signifié leur appréciation des résultats trimestriels chez SNC-Lavalin dans leur note envoyée à leurs clients investisseurs.

« Je suis content des bons résultats affichés dans [la division] SNCL Services d’ingénierie, de l’impressionnante génération de flux de trésorerie et des progrès significatifs dans la réduction des risques dans le carnet de commandes CMPF », indique M. Poirier.

« Ma thèse d’investissement favorable à long terme concernant SNC-Lavalin reste inchangée.

« Par conséquent, j’encourage fortement les investisseurs à acheter les actions lors de moments de faiblesse, et avant la prochaine journée de présentation aux investisseurs. »

En Bourse, vendredi, les investisseurs ont manifesté leur satisfaction envers l’amélioration des résultats et l’évolution des affaires chez SNC-Lavalin en poussant la valeur de ses actions en hausse de 3,5 % à 33,20 $.

Il s’agissait d’un troisième gain journalier d’affilée de plus de 1 % pour les actions de SNC-Lavalin à la Bourse de Toronto.

Cette valeur se rapproche du sommet en un an de 33,94 $ par action qui avait été atteint à la mi-mai, après plusieurs mois de forte dépréciation en Bourse durant la récession économique due à la pandémie