(New York) Le groupe américain de produits de grande consommation Procter & Gamble (P & G) a annoncé vendredi des résultats supérieurs aux attentes, mais s’est montré réservé sur le potentiel effet de hausses des prix des matières premières et du transport des marchandises.

Agence France-Presse

Les ventes de la société, qui distribue les marques Tide, Gillette, Oral-B, Pampers ou encore Vicks, ont augmenté de 7 % à 18,9 milliards de dollars, davantage que ne l’anticipaient les analystes avec 18,36 milliards de dollars.  

Les ventes se sont surtout améliorées dans les catégories santé et beauté, en progression respectivement de 18 % et de 11 %.

Dans la catégorie beauté, les ventes de produits liés à la peau et au soin personnel ont connu une progression à deux chiffres, dans le sillage de la réouverture progressive des économies après une année marquée par des confinements à répétition.  

Dans la catégorie de la santé, les produits liés au soin de la bouche ont profité quant à eux d’une progression sur les prix, explique l’entreprise dont le titre prenait 2,11 % peu après l’ouverture de la Bourse de New York.

Sur le trimestre, le bénéfice net a avancé de 7 %, à 2,9 milliards de dollars. Rapporté par action la référence à Wall Street, il s’est porté à 1,13 dollar contre 1,09 dollar attendu par les analystes.  

Concernant l’année financière 2022, le groupe anticipe un effet négatif du prix des matières premières et du coût du transport de marchandises, qui pourrait peser sur la perspective de bénéfice par action.

Cet effet pourrait représenter un handicap de 1,9 milliard de dollars après taxes, précise l’entreprise.

L’annonce de ces résultats survient au lendemain de la nomination de Jon Moeller en tant que PDG à partir du 1er novembre, en remplacement de David Taylor. M. Moeller fait partie du groupe depuis 1988 et en a notamment été directeur financier.