La croissance du carnet de commandes de CGI s’accélère alors que les principaux marchés de cette multinationale montréalaise des services-conseils se rétablissent de la crise de la pandémie.

Martin Vallières
Martin Vallières La Presse

« Le rythme de la demande des clients continue d’augmenter dans tous les secteurs et toutes les zones géographiques. La demande s’accélère alors que davantage de clients, en particulier dans les industries et les commerces, revigorent des projets qu’ils avaient ralentis depuis le début de la pandémie », a indiqué le président et chef de la direction de CGI, George D. Schindler, lors de la présentation des résultats du trimestre terminé le 30 juin dernier.

« Aussi, nous voyons davantage de nouveaux contrats de plus grande taille et de plus longue durée. En fait, plus de la moitié de [la croissance] de notre carnet de commandes provient de nouveaux contrats. Il s’agit donc d’un indicateur positif pour l’accélération future continue de la croissance. »

Dans ses résultats trimestriels publiés mercredi, CGI fait état d’un fort rebond de 28 %, à 3,6 milliards de dollars, de la valeur totale des nouveaux contrats signés durant son dernier trimestre. Et près du tiers de cette valeur, soit 1,05 milliard, s’est déjà ajouté au carnet de commandes des prochains trimestres, qui cote maintenant à 23,3 milliards.

Quant aux résultats d’exploitation durant ce trimestre, pour la première fois depuis plus d’un an, CGI a renoué avec la croissance de ses revenus comptabilisés en devises constantes, c’est-à-dire avant l’effet des variations de taux de change internationaux.

« CGI a enregistré sa première croissance organique [hors acquisition] en devises constantes en plus d’un an, de l’ordre de 3,5 %, ce qui est légèrement au-dessus des attentes de 3 % », souligne l’analyste Stephanie Price, de CIBC World Markets à Toronto, dans une note à ses clients.

Aussi, malgré un léger recul des revenus trimestriels bruts [de 1 %, attribuable à l’effet des taux de change], les marges [bénéficiaires] sont conformes aux attentes. Je considère que ces résultats trimestriels chez CGI mettent en évidence la solide conjoncture de marché des services informatiques.

Stephanie Price, analyste de CIBC World Markets

En fait, malgré cette légère baisse des revenus bruts à 3,02 milliards, CGI a réalisé une augmentation de près de 30 % de son bénéfice trimestriel net, à 338,5 millions, comparativement à 260,9 millions un an plus tôt.

Par ailleurs, CGI a comptabilisé des bénéfices ajustés (des éléments non récurrents) s’élevant à 339 millions pour ce troisième trimestre de son exercice 2021, comparativement à 308,4 millions il y a un an.

Quelles perspectives pour la suite ?

« Nous restons concentrés sur l’expansion dans toutes les zones géographiques de CGI avec la dynamique actuelle de notre “pipeline” [de contrats courants et nouveaux] en Europe de l’Ouest et du Sud, en Europe centrale et en Europe de l’Est, au Royaume-Uni, en Australie et aux États-Unis », a indiqué M. Schindler, lors d’une téléconférence avec des analystes.

« Entre-temps, nous continuons d’avoir la force opérationnelle et la capacité financière pour agir rapidement, mais avec discipline, sur de bonnes opportunités d’acquisition de croissance. »

Quels types d’acquisitions ? ont demandé les analystes.

« Les conditions actuelles de notre marché sont propices à la consolidation d’entreprises, mais à condition de demeurer très disciplinés dans un contexte d’évaluation élevée, a répondu M. Schindler.

« Cela dit, nous recherchons surtout des acquisitions potentielles qui apporteront à CGI de nouveaux clients et des compétences additionnelles dans des marchés géographiques existants ou nouveaux pour l’entreprise. »