(Stockholm) Le numéro un mondial du streaming musical, le suédois Spotify, a fait état mercredi de résultats trimestriels en hausse, atteignant son objectif pour les abonnés payants, mais a déçu la Bourse en manquant celui de son total d’utilisateurs.

Agence France-Presse

À la Bourse de New York, le titre perdait un peu plus de 8 %,  à 217,67 dollars à 9 h 50.

Le nombre d’utilisateurs actifs a atteint 365 millions (+22 % sur un an) fin juin. Principale source de revenus, les abonnés payants sont eux désormais 165 millions (+20 %), a indiqué la plateforme audio dans son rapport.

Si Spotify, dont le siège est à Stockholm, mais qui est coté à la Bourse de New York, tablait en avril sur 162 à 166 millions d’abonnés payants et répond donc aux attentes, le groupe est légèrement en dessous de ses prévisions concernant le nombre d’utilisateurs actifs - il en attendait entre 366 et 373 millions.

Cette contre-performance s’explique « principalement en raison d’un nombre plus faible d’utilisateurs au cours de la première moitié du trimestre ».  

« La COVID-19 a continué à peser sur nos performances sur plusieurs marchés et, dans certains cas, nous avons interrompu nos campagnes marketing en raison de la gravité de la pandémie », a expliqué le groupe.

Spotify évoque également un problème technique survenu au cours du trimestre et lié à « une plateforme tierce mondiale » non nommée, affectant ainsi le nombre d’utilisateurs actifs. « Ce problème est désormais résolu », précise l’entreprise.

Objectifs révisés

« La plupart de nos principaux indicateurs […] ont été meilleurs que prévu ce trimestre », souligne Spotify.  

Après un rare passage dans le vert au premier trimestre, l’activité est restée déficitaire au trimestre dernier.

Spotify a enregistré sur la période avril-juin une perte de 20 millions d’euros, un chiffre moindre que ce qu’attendaient les analystes, qui tablaient sur plus de 70 millions de pertes.

Cette nouvelle perte nette est largement inférieure à celle enregistrée l’année dernière à la même période (-356 millions), alors plombée par la bonne performance de son action faisant s’envoler les charges de rémunération. L’entreprise utilise en effet un mécanisme de rémunération de ses employés indexé sur le cours de Bourse.

Le chiffre d’affaires a lui progressé de 23 % sur un an, à 2,33 milliards d’euros.

Au troisième trimestre, Spotify prévoit de gagner entre 5 et 9 millions d’abonnés payants en net et entre 12 et 17 millions d’utilisateurs actifs, ce qui le rapprocherait du seuil symbolique de 400 millions, qui pourrait être franchi avant la fin de l’année (entre 400 et 407 millions attendus fin 2021-contre 402 à 422 millions annoncés en avril).

Le groupe a également ajusté mercredi ses attentes concernant les utilisateurs payants, et table désormais sur 177 à 181 millions abonnés payants d’ici la fin de l’année, là où il attendait jusqu’alors entre 172 et 184 millions.

Depuis son entrée en Bourse en 2018, Spotify n’a enregistré que cinq trimestres de bénéfices nets. L’entreprise n’a jamais dégagé de bénéfice net sur une année entière malgré son succès sur le marché de la musique en ligne, où elle devance de loin ses principaux rivaux Apple Music et Amazon Music.

L’an passé, le fleuron suédois de la musique en ligne avait triplé sa perte nette à 581 millions d’euros, principalement en raison de la bonne performance de son action en Bourse.