Avec une cadence de 20 nouveaux produits d’épicerie ajoutés chaque semaine à l’offre en ligne et la mise en place d’autres centres de distribution pour étendre son service de livraison le jour même partout au pays, l’entreprise montréalaise Marché Goodfood veut se tailler une place parmi les grandes enseignes au même titre que Sobeys, Loblaw et Metro.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

« Notre objectif à moyen terme, c’est de s’assurer qu’on est capables de faire des livraisons le jour même dans toutes les grandes villes du pays : Calgary, Edmonton, Québec, Sherbrooke », a expliqué en entrevue mercredi Jonathan Ferrari, chef de la direction, alors que l’entreprise dévoilait ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2021. « L’idée, c’est de devenir l’une des plus grosses marques d’épicerie partout au Canada. »

Pour y parvenir, explique M. Ferrari, Goodfood, importante entreprise spécialisée dans la livraison de boîtes de repas prêts à cuisiner et de produits d’épicerie, doit augmenter son offre en ligne et étendre son service de livraison le jour même dans toutes les grandes villes du pays. Pour l’instant, seuls les clients de Montréal et de Toronto peuvent recevoir leur boîte quelques heures après l’avoir commandée. D’ici la fin de 2021, Ottawa bénéficiera du même service. Puis, au cours des prochaines années, il sera offert dans de nombreux autres grands centres.

Élargir la gamme de produits

Goodfood compte actuellement 319 000 abonnés, comparativement à 306 000 lors du trimestre précédent. Pour aller chercher de nouveaux adeptes, l’entreprise augmente également sa sélection de produits d’épicerie et compte même offrir toute une gamme de fruits et légumes pour l’été. Actuellement, 750 produits, vendus sous la marque Goodfood, sont offerts dans le catalogue de la société.

On lance des produits à un rythme d’à peu près 20 par semaine. On a bâti une équipe qui est capable d’identifier les produits qui sont importants, trouver les fournisseurs. On a mis presque deux ans pour se rendre à ce stade-ci. Notre objectif, c’est de se rendre à plus de 1000 produits d’ici la fin de 2021.

Jonathan Ferrari, chef de la direction de Goodfood

Par ailleurs, pour la première fois, les produits trimestriels de la société ont atteint 100,7 millions, une hausse de 71 % par rapport à la même période l’an dernier. Les ventes d’articles d’épicerie s’élèvent pour leur part à 1,1 million. D’ici quelques années, l’entreprise veut être en mesure d’offrir 4000 produits à sa clientèle. « La concentration continue de la Société sur sa stratégie de devenir l’épicier en ligne de premier plan au Canada en augmentant sa gamme de produits et en offrant de la flexibilité aux membres grâce à la livraison le jour même a eu une incidence favorable sur la taille moyenne des paniers et la fréquence des commandes. Cette situation, combinée à la croissance de la base d’abonnés, explique la hausse des produits », peut-on lire dans le communiqué de Goodfood.

Retour à la normale

En ce qui concerne les retards de livraison survenus en début d’année, M. Ferrari tient à assurer que la situation est complètement rétablie. En janvier, une hausse subite des commandes engendrée par le couvre-feu imposé par le gouvernement Legault et une offre promotionnelle de 50 % sur la grande majorité des produits d’épicerie avaient occasionné des retards et des annulations de commandes qui ont causé des frustrations auprès des clients de Marché Goodfood.

« On a investi 2,5 millions pour régler les problèmes et rembourser les clients. [Cette somme] est allée directement à nos clients en termes de compensation, affirme le chef de la direction. On s’est assurés de bien gérer la situation. Ça a pris à peu près deux semaines pour stabiliser les opérations et pour s’assurer de répondre à tous les clients. »