Près de 130 employés de l’usine d’Alstom à La Pocatière seront mis à pied en raison d’un vol de pièces dans une usine située au Mexique.

La Presse Canadienne

La multinationale française a confirmé à La Presse Canadienne que 70 employés de l’usine du Bas-Saint-Laurent avaient été mis à pied pour une période de plus de six mois.

Alstom estime qu’une cinquantaine d’autres employés pourraient subir les contrecoups de ce vol au cours des prochains mois.

Si certaines de ces mises à pied avaient été annoncées pour plus tard en 2021, un vol de pièces nécessaires à la fabrication des voitures Azur du métro de Montréal a précipité les choses pour de nombreux employés qui ont perdu leur emploi vendredi.

« Le 7 mars, des fils ont été volés à l’usine de Huehuetoca au Mexique, ce qui nous a forcés à arrêter la chaîne de montage à La Pocatière », a expliqué le président du syndicat des employés de La Pocatière, Claude Michaud.

Selon M. Michaud, l’interruption de cette partie du travail à La Pocatière pourrait durer de trois à six mois.

« Nous avons beaucoup de contrats qui vont se terminer bientôt, donc nous nous attendions à des mises à pied durant l’été », a-t-il reconnu.

Les contrats pour les voitures Azur et celles du Metrolinx de Toronto font partie de ceux qui arriveront à échéance prochainement.

D’autres licenciements étaient aussi prévus l’automne prochain.

Habitués aux mises à pied

« À La Pocatière, nous sommes habitués aux mises à pied, puisque nos contrats sont de nature cyclique. On embauche des gens, puis on les met à pied, c’est toujours déplorable », a reconnu M. Michaud.

Le président du syndicat se réjouit toutefois du prêt de 56 millions – qui pourrait se transformer en subvention si des seuils d’emplois sont atteints – pour moderniser les installations d’Alstom dans le Bas-Saint-Laurent.

L’entreprise n’aura pas à rembourser le prêt si l’usine de La Pocatière compte environ 400 employés en 2026 et 350 entre 2026 et 2028.

M. Michaud s’est aussi dit satisfait d’une récente discussion qu’il a eue avec le grand parton d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge.

Il nous a assuré que nous étions une usine phare en Amérique du Nord et qu’il allait travailler fort pour ramener du travail à La Pocatière. Il a reconnu notre expertise et notre polyvalence.

Claude Michaud, président du syndicat des employés de La Pocatière

Avant les mises à pied annoncées vendredi, l’usine comptait 420 employés. Il ne devrait en rester qu’une centaine vers la fin de l’année.

Quant à l’incident à Huehuetoca, Alstom dit avoir porté plainte et affirme qu’une enquête des autorités locales est en cours.

« Les équipes opérationnelles, spécialisées dans la chaîne logistique, d’Alstom sont mobilisées afin de minimiser ces impacts le plus possible et d’assurer une reprise de l’ensemble de la production, en situation normale, au plus vite », a écrit une porte-parole dans un courriel.