Damer le pion aux produits du Mexique et de l’Ontario dans la section des fruits et légumes des épiceries ainsi que dans les pages des circulaires. C’est le souhait de Jacques Demers, grand patron de Productions horticoles Demers, entreprise qui vient tout juste d’annoncer la construction d’une nouvelle serre de 15 hectares, un projet de 70 millions de dollars.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Ce nouveau complexe permettra de cultiver des tomates, des poivrons, des concombres et des aubergines tout au long de l’année. « Si on n’est pas capable d’aller en promotion avec [nos] produits une fois de temps en temps dans la circulaire, c’est l’Ontario et le Mexique qui vont faire cette promotion-là », expliquait le président-directeur général de l’entreprise, au cours d’une entrevue accordée à La Presse, à l’issue d’un point de presse annonçant son nouveau projet, mardi à Lévis.

« Pour avoir des espaces sur les tablettes, il faut aussi être capable de prendre la place d’un joueur qui apporte beaucoup de volume, ajoute-t-il. C’est pour ça qu’on fait des projets un peu plus importants de 15 hectares. Ça nous permet d’augmenter beaucoup notre volume de production. »

Totalement en exploitation à partir de décembre 2021, la serre, qui sera construite à Lévis, où l’entreprise compte déjà deux installations, permettra de doubler la production de fruits et légumes, comme les tomates, les aubergines, les concombres et les poivrons. Le gouvernement Legault et Investissement Québec ont par ailleurs annoncé une participation financière de 30 millions de dollars sous forme de prêts remboursables avec intérêts. L’entreprise bénéficiera également d’un rabais sur sa facture d’électricité d’un montant maximal de 23 millions sur 8 ans.

« Ce projet rejoint la volonté du gouvernement du Québec de doubler la superficie de culture en serre pour permettre aux Québécois d’avoir accès à des fruits et légumes locaux à l’année et augmenter notre autonomie alimentaire », a affirmé en point de presse le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon. Le Québec compte actuellement 120 hectares de superficie de culture de serre. D’ici cinq ans, le gouvernement souhaite atteindre 240 hectares.

De son côté, Productions horticoles Demers produit annuellement 7500 tonnes de fruits et légumes. Le nouveau projet permettra de hausser les volumes de l’entreprise pour atteindre au total 17 000 tonnes. Le nouveau complexe de serre « diminuera notre dépendance aux importations de légumes frais », estime M. Fitzgibbon.

« [Cette augmentation de volume], c’est considérable, mais il faut prendre toujours un peu de recul sur les chiffres, souligne pour sa part M. Demers. Ce matin [mardi], à Montréal, il est rentré facilement 50 tonnes de tomates en provenance du Mexique. Il y a un volet qui est sous-estimé : toute l’importation de produits qui arrivent en provenance du Mexique : tomates, concombres, poivrons. »

Selon lui, il y a moyen d’augmenter l’autonomie alimentaire du Québec. « Les bananes, les mangues, les avocats, on ne touchera pas à ça », concède-t-il. Mais il est possible d’avoir plus de tomates, de concombres, d’aubergines, de poivrons, de courgettes et de petits fruits d’ici.

Main-d’œuvre étrangère

Par ailleurs, la nouvelle serre créera environ 150 emplois qui seront comblés à 90 % par des travailleurs étrangers. « On ne peut pas faire un projet semblable sans penser à avoir de la main-d’œuvre étrangère. Dans notre cas, on travaille beaucoup avec le Mexique et le Guatemala. C’est une réalité et c’est ce qui nous permet aussi d’être compétitifs et d’arriver dans le marché à des prix intéressants. »

Par exemple, cette année, pour la saison des petits fruits, l’entreprise, qui produit également dans les champs, aura besoin de 135 travailleurs qui viendront d’ailleurs. « On a quelques défis. On a déjà des retards sur des arrivées de travailleurs qui sont prévus pour la mi-avril. On est un peu à la recherche de travailleurs étrangers. On travaille fort pour faire venir des gens. »

Et l’entreprise continue de développer d’autres projets de serres. « Oui, on a d’autres idées, d’autres projets d’expansion, assure Jacques Demers. C’est certain que là, les planètes sont vraiment alignées. Les consommateurs sont au rendez-vous, le gouvernement donne un coup de main. Je pense que le ministère de l’Agriculture va atteindre son objectif. »

Productions horticoles Demers

Siège social : Lévis

Installations actuelles : Deux à Lévis et une à Drummondville (total de 12,5 hectares)

Nombre d’employés pendant la haute saison : 300

Productions : tomates, aubergines, poivrons, fraises, framboises, mûres, concombres (avec la nouvelle serre)