(Québec) De grandes entreprises québécoises mettent la main à la pâte dans la campagne de vaccination. Une vingtaine, voire une cinquantaine d’entreprises offriront la vaccination à leur personnel ainsi qu’à leur famille et la communauté avoisinante à partir de mai. L’objectif : vacciner « au minimum » 500 000 Québécois.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Québec ajoute un nouvel acteur à la campagne de vaccination massive contre la COVID-19. Après la vaccination en pharmacie, on pourra d’ici quelques semaines être vaccinés en milieu de travail. Le gouvernement Legault espère convaincre de 20 à 50 entreprises pour qu’elles offrent la vaccination sur leur site, à leurs travailleurs, mais aussi à leurs familles et à la collectivité.

« On le sait que la solution de la pandémie passe de façon évidente par la vaccination », a lancé le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui a procédé à l’annonce vendredi au siège social de l’entreprise CAE.

« Vous savez dans une guerre, un moment donné, il faut qu’il ait d’autres personnes qui viennent prendre le relais. Notre objectif est vraiment d’appuyer le réseau public à un moment où il ne faut pas lâcher », a-t-il ajouté. Le ministre a qualifié ce partenariat de « grande première » alors que l’entreprise privée se combine « au savoir-faire » du réseau public de la santé.

Les entreprises qui souhaitent participer doivent préalablement se qualifier en s’engageant à vacciner de 15 à 25 000 personnes sur une période de trois mois. Puisque la cible est quand même ambitieuse, des entreprises pourront se grouper en « hub » pour atteindre les objectifs. Une entreprise qui n’a pas la capacité, mais qui dispose d’une équipe médicale pourrait aussi uniquement offrir sa main-d’œuvre.

On estime donc que quelque 500 000 doses de vaccins pourraient être administrées par la grande entreprise. « Notre objectif au minimum est de vacciner 500 000 Québécois à travers 20 à 50 pôles de vaccination à travers la province », a lancé le président et chef de la direction de CAE, Marc Parent, qui dit s’attendre à ce que la vaccination s’amorce au sein de son entreprise « d’ici Pâques ».

CAE, qui emploie quelque 4000 employés à Montréal, travaillera à la mise sur pied d’un centre de vaccination, à ses frais, à son siège social de l’arrondissement de Saint-Laurent, qui permettra de vacciner ses employés et leurs familles, ainsi que la collectivité environnante, a-t-on confirmé. L’entreprise offre déjà la vaccination contre l’influenza à ses employés. « C’était naturel pour nous de contribuer », a-t-il indiqué.

Les entreprises doivent pouvoir compter sur leurs propres équipes de vaccinateurs. Le ministère de la Santé et des Services sociaux mettra à leur disposition les équipements de protection individuelle nécessaires ainsi que le matériel médical lié à la vaccination comme les aiguilles et seringues.

L’objectif est de maximiser la capacité de vaccination lorsque le Québec recevra d’importantes livraisons de vaccins, au printemps et à l’été. On sait, grâce à la vaccination contre l’influenza, que la province peut administrer jusqu’à 250 000 vaccins par semaine. On veut donc rehausser cette capacité grâce aux grandes entreprises qui pourront vacciner leurs employés directement sur leurs sites.

Le ministre Dubé a précisé qu’il s’attend à ce que les entreprises soient mises à contribution à partir de mai et juin. Il assure que « plusieurs ont déjà levé la main » pour participer. Les entreprises peuvent s’inscrire en ligne sur un nouveau un site internet.

Initiative saluée

Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) a salué l’initiative du gouvernement Legault. « De nombreux manufacturiers souhaitent participer à cet effort de guerre et contribuer à la vaccination des Québécoises, ce qui permettra de décharger le réseau de la santé et ses travailleurs », s’est réjouie la présidente-directrice générale de MEQ, Véronique Proulx.

Le son de cloche était le même au Conseil du patronat du Québec, qui encourage ses membres à prendre part à l’initiative. « Le CPQ et plusieurs entreprises ont proposé leur aide depuis plusieurs semaines au gouvernement pour le soutenir dans le processus », a affirmé le président et chef de la direction du CPQ, Karl Blackburn dans un communiqué.

« En février dernier, la moitié des dirigeants de PME québécoises s’inquiétaient du lent déploiement des vaccins au pays, c’est pour cela que l’annonce d’aujourd’hui et la mobilisation du milieu des affaires sont une excellente nouvelle », a déclaré pour sa part le vice-président Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, François Vincent.

Le 23 février dernier, le ministre Dubé et son collègue à l’Économie, Pierre Fitzgibbon, avaient lancé un appel à une série d’entreprises québécoises pour qu’elles participent à l’effort de vaccination au Québec.