(San Francisco) Facebook continue son offensive contre Apple avec une campagne publicitaire en faveur des pubs ciblées et personnalisées, le moteur des revenus des plateformes internet gratuites, que le fabricant de l’iPhone considère comme trop peu transparent et trop gourmand en données confidentielles.

Agence France-Presse

« Les pubs personnalisées offrent à chacun de bonnes idées », scande l’annonce du géant des réseaux sociaux dans une vidéo de promotion dévoilée jeudi.

« Toutes les entreprises démarrent avec une idée, et la possibilité de faire connaître cette idée grâce aux pubs ciblées est essentielle pour les PME », argumente Facebook dans un communiqué, citant des exemples de produits et services qui attirent des personnes et pas d’autres. »

Le prochain iOS permettra de dire non au pistage

Le ciblage publicitaire ultra fin à grande échelle, cœur du modèle économique de Facebook et Google notamment, est menacé par la dernière mise à jour du système d’exploitation mobile iOS d’Apple, prévue pour cette année, qui va obliger les éditeurs d’applications à faire preuve de transparence sur la collecte et l’utilisation des informations personnelles des utilisateurs.  

Ils devront aussi demander aux usagers leur permission pour les suivre à la trace.  

Les plateformes et applications craignent que les consommateurs, mis face au choix, ne décident en majorité de dire non au pistage.

Facebook fonde son argumentation en grande partie sur la défense des PME, qui souffrent déjà de la crise économique liée à la pandémie.

« Limiter le recours aux publicités personnalisées supprimerait un moteur de croissance vital pour les entreprises », a répété le groupe jeudi, assurant aussi que les utilisateurs préfèrent voir des annonces qui les concernent plutôt que génériques.

Au début du mois, Facebook a annoncé qu’il allait diffuser ses propres informations à ses utilisateurs à côté de celles du fabricant de l’iPhone sur la nouvelle fenêtre de consentement qui s’affichera après la mise à jour.

Apple « utilise sa position de plateforme dominante (mobile » pour « privilégier ses applications au détriment de la croissance de millions de sociétés dans le monde », s’était emporté Mark Zuckerberg, le patron du réseau social, lors de la présentation aux analystes des résultats trimestriels fin janvier.

« Si une société est fondée sur la capacité à tromper les utilisateurs, sur l’exploitation des données, sur des choix qui n’en sont pas, elle ne mérite pas nos éloges. Elle mérite notre mépris », avait rétorqué peu après Tim Cook, le patron d’Apple, lors d’une conférence à Bruxelles sur la confidentialité des données.