Le Mouvement Desjardins a complété son exercice financier 2020 marqué par la pandémie avec des excédents avant ristournes aux membres en baisse de 6,9 %, à 2,4 milliards de dollars.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Après ajustement comptable pour tenir compte d’un gain de cession d’actif en fin d’exercice 2019, Desjardins indique que ses excédents rajustés en 2020 se sont avérés en hausse de 5,7 % par rapport à l’exercice précédent.

Selon la direction de Desjardins, « cette hausse [des excédents rajustés] est principalement attribuable à la bonne performance du réseau des caisses, du secteur Assurance de dommages ainsi que celle de Valeurs mobilières Desjardins ».

Toutefois, dans le contexte de la crise sanitaire, Desjardins a dû mettre de côté 867 millions en provisions pour mauvaises créances, une hausse considérable de 499 millions par rapport à 2019. L’institution financière attribue cette hausse à « la détérioration importante des perspectives économiques et aux répercussions anticipées sur la qualité du crédit, ainsi qu’une augmentation des coûts liés à l’assurance voyage de 43 M$ ».

De l’avis de son président et chef de la direction, Guy Cormier, « le Mouvement Desjardins a connu une solide performance financière pour l’exercice 2020 malgré les incidences négatives liées à la pandémie. Les excédents rajustés sont à la hausse, le membership est en croissance, et notre base de capital est encore une fois très robuste ».

Hausse des ristournes

Entre autres, la direction de Desjardins a pu maintenir la croissance du montant de ristournes aux membres, qui s’élève à 330 millions en fin d’exercice 2020 contre 317 millions un an plus tôt.

Parmi les principaux résultats de Desjardins, les revenus d’exploitation se sont établis à environ 18,4 milliards en fin d’exercice 2020, en hausse de 3 %.

Au niveau sectoriel, les activités destinées aux particuliers et entreprises ont vu leur excédent net fléchir de 31 % l’an dernier, à 1,3 milliard.

Sur une base ajustée, le recul est de 18 %, une performance que le groupe a attribuée à l’augmentation de la provision pour pertes de crédit.

La baisse a été de 12,6 % du côté de la gestion de patrimoine et de l’assurance de personnes, où l’excédent net a été de 609 millions.

Une série d’éléments, dont l’augmentation des coûts liés à l’assurance voyage et l’incidence des marchés ayant affecté défavorablement les fonds de placement garantis, expliquent en partie ces résultats.

Toutefois, le secteur de l’assurance de dommages a largement profité du contexte de la pandémie, alors que l’excédent net est passé de 187 millions en 2019 à 622 millions l’an dernier.

« Cette augmentation s’explique par la hausse des primes nettes ainsi que par la sinistralité moins importante pour l’exercice en cours en assurance automobile », a expliqué Desjardins.

Hausse de l’actif

En ce qui concerne l’actif total du Mouvement Desjardins, il se chiffre à 362 milliards en fin d’exercice 2020, en hausse significative de 49 milliards, ou 15 %, sur un an.

Selon Desjardins, cette hausse s’explique en partie par l’augmentation de 27,6 milliards de l’actif en valeurs mobilières, ainsi que l’augmentation de 16,7 milliards de l’actif en trésorerie et en dépôts en conséquence « des initiatives de financement déployées par le gouvernement canadien, par la Banque du Canada et par la SCHL (Société canadienne d’hypothèques et de logement), afin de soutenir le système financier canadien dans le contexte de la pandémie de COVID-19 ».

Quant à l’impact de la conjoncture économique de pandémie sur les prochains résultats de Desjardins, le président et chef de la direction est demeuré prudent sur ses commentaires de perspectives.

« On constate un début d’année 2021 avec une reprise économique qui demeure lente, alors que se poursuivent les mesures sanitaires restrictives », a indiqué M. Cormier en téléconférence de presse.

« Toutefois, avec la vaccination et l’assouplissement des restrictions sanitaires, nos économistes anticipent un deuxième semestre de croissance économique plus positive.

« Entre-temps, parmi nos membres et clients, on constate une baisse importante des soldes de cartes de crédit et une hausse du niveau d’épargne. Malgré les incertitudes qui persistent, c’est clair que les perspectives sont plus positives. »

Enquête policière

Par ailleurs, le président et chef de la direction de Desjardins a refusé de commenter les reportages faisant état des récentes perquisitions policières dans les bureaux du géant coopératif. Les perquisitions ont eu lieu dans le cadre de l’enquête criminelle en cours sur le vol massif d’informations personnelles survenu il y a deux ans.

« Mon message aux équipes chez Desjardins, c’est de collaborer avec les autorités policières. Et c’est ce qu’on fait », a soutenu M. Cormier lors de la téléconférence de presse.

« En ce qui concerne le déroulement de l’enquête des autorités policières, on ne veut pas entrer dans aucun commentaire sur cette enquête pour éviter de contaminer quoi que ce soit. C’est aux corps policiers de répondre aux questions concernant leur enquête. »

En décembre dernier, la coopérative établie à Lévis avait été durement critiquée par trois rapports, dont un de l’Autorité des marchés financiers, pour sa gestion de la sécurité des renseignements personnels, ce qui avait permis à un employé malveillant d’exposer les données personnelles de 9,7 millions de personnes. L’affaire avait été révélée en juin 2019.

Avec La Presse Canadienne

Ristournes aux membres des dernières années

2016 : 144 millions
2017 : 202 millions
2018 : 253 millions
2019 : 317 millions

La Presse Canadienne