(Calgary) La construction de la partie américaine de la canalisation 3 d’Enbridge coûtera 1,1 milliard de plus que prévu en raison des retards réglementaires et judiciaires dans le Minnesota, mais le chef de la direction de l’entreprise affirme que le projet est sur la bonne voie pour commencer à générer « beaucoup de flux de trésorerie disponibles » à la fin de l’année.

Mis à jour le 12 févr. 2021
Dan Healing La Presse Canadienne

« Malgré cet investissement plus élevé, notre rendement actualisé pour le cycle complet reste attrayant et nous constatons un profil de volume plus fort », a affirmé vendredi Al Monaco, lors d’une conférence téléphonique portant sur les résultats trimestriels d’Enbridge.

« Une fois que la canalisation 3 sera en service, elle apportera beaucoup de flux de trésorerie disponibles — et pour cette année, nous prévoyons que cela s’élèvera à environ 200 millions au quatrième trimestre — avec des volumes et un bénéfice avant impôts, intérêt et amortissement en hausse en 2022. »

Il a souligné que deux récentes décisions de justice rendues aux États-Unis, qui ont rejeté les tentatives de dernier recours en opposition à la canalisation 3, lui permettaient de croire que le projet serait achevé au quatrième trimestre et mis en service après environ six ans d’examen réglementaire.

« Le droit de passage est en grande partie réglé, les travaux de la station sont en cours, et le creusement et le soudage ont commencé », a affirmé M. Monaco.

La société a révisé à la hausse son estimation des coûts liés au remplacement de la canalisation 3, la faisant passer de 8,2 milliards à 9,3 milliards.

Elle a précisé qu’environ 400 millions de l’augmentation étaient attribuables à la construction hivernale, que 400 millions découlaient de mesures environnementales supplémentaires, que 200 millions étaient des coûts financiers et réglementaires supplémentaires et qu’environ 100 millions s’expliquaient par des mesures liées à la pandémie de COVID-19.

Jusqu’à présent, environ 7 milliards ont été dépensés, y compris des fonds pour achever le côté canadien du pipeline, qui est déjà opérationnel.

Le projet de la canalisation 3 devrait permettre d’ajouter environ 370 000 barils par jour à la capacité d’exportation de l’Ouest canadien vers les États-Unis.

Enbridge continuera en outre d’ignorer une directive de la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, qui a ordonné la fermeture de sa canalisation 5 à travers les Grands Lacs d’ici mai, a affirmé M. Monaco lors de la conférence.

La société estime qu’elle réussira à contester cet ordre devant la Cour fédérale des États-Unis pour des raisons juridictionnelles et autres, a-t-il expliqué, faisant valoir que les produits de la canalisation sont vitaux pour l’État ainsi que pour d’autres États et provinces.

Résultats trimestriels « mitigés »

L’action d’Enbridge a cédé vendredi 55 cents à 44,01 $ à la Bourse de Toronto, après que des analystes ont qualifié les résultats trimestriels de « mitigés » pour le quatrième trimestre, malgré la confirmation d’une augmentation de 3 % du dividende trimestriel à 83,5 cents par action.

La société a dévoilé vendredi un bénéfice attribuable aux actionnaires de 1,78 milliard, soit 88 cents par action, pour son plus récent trimestre, ce qui se comparait à un profit de 746 millions, ou 37 cents par action, pour le quatrième trimestre de 2019.

Sur une base ajustée, Enbridge a indiqué que son bénéfice du quatrième trimestre s’était établi à 1,13 milliard, ou 56 cents par action, par rapport à celui de 1,23 milliard, ou 61 cents par action, de la même période un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 1,24 milliard, ou 61 cents par action, pour le plus récent trimestre, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

La société a signalé une reprise des volumes livrés sur son réseau de pipelines principal, qui représente la majorité des exportations de pétrole du Canada, mais M. Monaco a souligné que les perspectives de retour à la demande habituelle pour ses services, après la pandémie restaient toujours obscures et dépendaient de la campagne de vaccination et de l’apparition des nouveaux variants.

Les volumes du système principal ont chuté à 2,44 millions de barils par jour au deuxième trimestre de 2020, avec le plongeon de la demande des raffineries au printemps dernier, mais sont revenus à 2,65 millions de barils par jour au quatrième trimestre. Cela reste en deçà des 2,84 millions de barils par jour livrés au premier trimestre de 2020.

Enbridge a indiqué que la demande pour le pétrole brut lourd canadien en provenance du centre de raffinage de la côte américaine du golfe du Mexique augmentait plus rapidement que la demande de pétrole léger.

La société a précisé avoir installé sa première centrale solaire pour alimenter une station sur son pipeline de transport de gaz Texas Eastern, et a ajouté que deux autres étaient en construction.

Les projets s’inscrivent dans son objectif de réduire son intensité énergétique de 35 % d’ici 2030 et d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050.