Deux ex-dirigeants de Redevances aurifères Osisko se lancent à leur tour : ils viennent de lancer Redevances Nomad et ont réalisé leurs premières acquisitions d’actifs aurifères et argentifères évaluées à 440 millions.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Il s’agit d’une part de Vincent Metcalfe, 35 ans, ex-vice-président aux relations d’investisseurs chez Osisko, ex-chef de la direction des finances de Ressources Falco, et auparavant banquier d’investissement pour le secteur minier à la Banque de Montréal (BMO) et chez Desjardins.

L’autre cofondateur de Nomad est l’ingénieur de profession Joseph de la Plante, 34 ans, ex-vice-président au développement des affaires chez Osisko et qui était passé auparavant par les services de financement minier à la Banque de Montréal.

Leur nouvelle entreprise, Redevances Nomad, sera établie sur la mainmise et la transformation d’une petite entreprise montréalaise, Guerrero Ventures, déjà cotée à la Bourse TSX-Croissance.

Quant aux premières acquisitions d’actifs de Nomad, elles ont été convenues récemment avec deux entreprises déjà bien établies dans le secteur aurifère et argentifère : l’américaine Orion Resource Partners et la canadienne Yamana Gold.

Chez Orion, Redevances Nomad obtiendra en échange de 77 % de ses actions un portefeuille d’actifs évalué à 268 millions US (environ 355 millions CAN). Ce portefeuille comprend des participations aux redevances de gisements d’or situés en Afrique du Sud et en Côte d’Ivoire, ainsi que de gisements d’argent situés en Australie, au Mexique et dans l’État du Nevada.

Chez Yamana Gold, Redevances Nomad obtiendra en échange de 13 % de ses actions et 20 millions US au comptant un portefeuille d’actifs évalué à 65 millions US (environ 85 millions CAN) qui comprend des participations aux redevances de gisements aurifères situés au Brésil et en Argentine.

La part restante de 10 % du futur capital-actions de Nomad sera partagée entre ses cofondateurs (2,5 % à deux), ainsi qu’un groupe d’investisseurs institutionnels (environ 3,5 %) et de nombreux petits investisseurs particuliers (environ 4 % en tout).

Selon son plan d’affaires initial, Nomad prévoit obtenir de ses premiers actifs des flux de redevances de l’ordre de 30 millions US (environ 40 millions CAN) à compter de l’an prochain.

Et c’est en se basant sur ces futurs revenus ainsi que sur l’obtention prochaine d’un placement privé de 10 millions US (environ 13 millions CAN) que les cofondateurs de Nomad préparent l’expansion rapide de leur portefeuille de redevances minières d’origine internationale.

« Nos prochaines acquisitions sont déjà en vue, ainsi que la préparation de leur financement, auprès d’investisseurs institutionnels surtout. Nous souhaitons pouvoir établir un rythme d’acquisitions d’actifs en redevances pour une valeur de 50 à 100 millions par an », a expliqué Vincent Metcalfe, chef de la direction de Nomad, lors d’un entretien avec La Presse.

Dans un premier temps, Redevances Nomad entend donner la priorité à sa recherche d’actifs dans les redevances de gisements d’or ou d’argent.

Mais elle pourrait aussi regarder du côté des redevances de gisements de cuivre, a mentionné M. Metcalfe, considérant le potentiel de demande accrue pour ce métal avec le développement de l’électrification des transports.