Alors que de nombreux restaurants vivotent en raison de la fermeture des salles à manger qui a été prolongée par le gouvernement jusqu’au 11 janvier, certaines chaînes, déjà bien outillées pour préparer des commandes à emporter, comme les Rôtisseries Au Coq et Benny, ainsi que St-Hubert, ouvriront de nouveaux établissements. Également en expansion, la chaîne Benny&Co. élira même domicile au centre-ville de Montréal.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Au cours des 18 prochains mois, Foodtastic, qui possède actuellement 16 Rôtisseries Au Coq et Benny, ouvrira une vingtaine d’autres établissements sous ces mêmes enseignes partout au Québec et également en Ontario, confirme Peter Mammas, président du groupe également propriétaire des restaurants Monza et La Belle & La Bœuf. Terrebonne, Québec, Saint-Hyacinthe et même Ottawa comptent parmi les villes qui accueilleront une nouvelle rôtisserie.

« La recette du succès, c’est vraiment le type de commerces, soutient M. Mammas. Benny et Au Coq sont vraiment [des concepts] basés sur les commandes pour emporter et la livraison », dit-il en ajoutant dans la foulée que les autres restaurants appartenant à Foodtastic qui possèdent une salle à manger comme Monza, par exemple, ne s’en sortent pas bien en ce moment. Il a d’ailleurs fait partie de la quarantaine de signataires d’une lettre adressée au premier ministre, François Legault, le 22 octobre, pour lui demander de rouvrir au plus vite les salles à manger. En attendant, le groupe a décidé de mettre ses énergies sur les enseignes où les commandes à emporter et les livraisons connaissent du succès.

C’est d’ailleurs la pandémie qui a incité Foodtastic à ouvrir plus de restaurants spécialisés dans le poulet rôti. « On a pris beaucoup plus d’expansion avec Benny et Au Coq à cause de la pandémie, reconnaît Peter Mammas. Premièrement, les franchisés voient que ces restaurants-là, même en temps de pandémie, ça fonctionne. Deuxièmement, les banques ne prêtent pas d’argent pour des restaurants avec des salles à manger. »

Au printemps, les ventes combinées des deux chaînes avaient connu une hausse de 23,1 %. Avec cette deuxième fermeture des salles à manger situées en zone rouge, elles ont augmenté de 11 %.

« On continue à bien aller, assure Peter Mammas. Mais maintenant, il y a beaucoup plus de restaurants qui offrent la livraison. Il y a beaucoup plus de concurrence », mentionne-t-il pour expliquer une moins forte hausse cet automne par rapport au printemps dernier.

Et le groupe a bien l’intention d’étendre ses tentacules ailleurs au pays. Des restaurants Benny s’installeront notamment à Ottawa et à Halifax. Foodtastic souhaite ouvrir davantage de succursales en Ontario. « On est en train de faire des acquisitions [là-bas]. On va convertir plusieurs sites en Benny. »

Benny&Co. au centre-ville

Benny&Co. – à ne pas confondre avec les Rôtisseries Benny – augmente aussi le nombre d’endroits où seront servis ses repas de poulet rôti. L’entreprise, dont les commandes en ligne ont augmenté de 200 % entre mars et novembre, ouvrira huit nouveaux restaurants d’ici la fin de 2021, dont trois à Montréal (Rosemont, Ville-Marie et le Vieux-Montréal). « On a toujours désiré servir la clientèle du centre-ville de Montréal, assure Yves Benny, vice-président Développement des marchés et copropriétaire de Benny&Co. On était déjà présent à Montréal, mais surtout en périphérie. »

L’entreprise, qui possède actuellement 62 restaurants au Québec et 2 en Ontario, a finalement décidé de plonger au cœur de la métropole avec « un tout nouveau concept ». « Ça va être un concept d’ambiance décontracté pour que les gens puissent se rencontrer et passer du bon temps pas juste pour déguster notre bon produit, mais aussi peut-être pour prendre un verre le temps d’un 5 à 7 après le travail », décrit M. Benny.

Cette nouvelle formule offrira des places assises où il sera possible de commander à partir de son appareil mobile. En plus des livraisons, les clients bénéficieront d’un service au comptoir à emporter « optimisé ». Les gens pourront précommander en ligne et passer à l’heure qui leur convient pour prendre leur repas. S’il y a peu d’achalandage en ce moment au centre-ville de Montréal, notamment en raison du télétravail, M. Benny a bon espoir de voir arriver de nombreux clients dans ses établissements, une fois la pandémie enrayée. « On a vraiment confiance. Quand la pandémie va être derrière nous, les habitudes vont reprendre. Les gens ont besoin de se voir, de se parler et d’être en contact. »

St-Hubert aussi

Par ailleurs, St-Hubert pourrait également ouvrir deux autres restaurants au cours de la prochaine année, nous a-t-on confirmé. Burger King semble aussi sur une bonne lancée. L’entreprise a annoncé au début du mois qu’elle venait d’ouvrir son 300e établissement au Canada. Le roi du whopper a l’intention d’ouvrir 100 nouvelles succursales d’ici les cinq prochaines années, selon un communiqué diffusé par la chaîne de restauration rapide.