Les affaires de l’entreprise montréalaise de vêtements de Sport Gildan se rétablissent mieux que prévu alors que ses principaux marchés en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde demeurent très affectés par la crise.

Martin Vallières
Martin Vallières La Presse

Même encore inférieurs à l’an dernier, les principaux résultats du troisième trimestre divulgués jeudi s’avèrent largement au-delà des attentes moyennes parmi les analystes et les investisseurs.

Les ventes de Gildan ont totalisé 602,3 millions US durant le trimestre terminé le 30 septembre, ce qui demeure inférieur de 19 % à celles de la même période l’an dernier. Toutefois, le chiffre a plus que doublé par rapport aux ventes du deuxième trimestre, et est supérieur de 10 % à la moyenne des prévisions d’analystes.

Le constat est semblable quant au redressement du bénéfice net trimestriel de Gildan. Annoncé à 56,4 millions US, ou 28 cents US par action (dilué), le bénéfice du troisième trimestre demeure inférieur de 46 % à celui de l’an dernier. Mais il s’avère aussi en fort redressement par rapport à la perte du deuxième trimestre, et presque trois fois plus élevé que la prévision moyenne des analystes.

« Félicitations pour ces résultats lors d’une période difficile ! », a dit d’emblée l’analyste Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, lors de la téléconférence portant sur les résultats trimestriels avec les hauts dirigeants de Gildan.

« Gildan a déclaré des résultats du troisième trimestre qui reflètent des revenus et une marge bénéficiaire meilleurs que prévu. Et même si les revenus totaux sont encore diminués de 19 % en comparaison annualisée, le rythme de la reprise des ventes de Gildan chez les détaillants s’avère meilleur que prévu alors que l’incertitude liée à la pandémie continue d’être élevée », indique l’analyste Stephen MacLeod, de BMO Marchés des capitaux, dans une note à ses clients investisseurs.

Le président et chef de la direction, Glenn J. Chamandy, a attribué le redressement des résultats meilleurs qu’attendu à deux facteurs principaux. D’une part, « la performance sur le plan des ventes au détail a été alimentée par l’essor des ventes de vêtements de base » qui a été favorisé par le contexte du maintien à domicile en pandémie.

D’autre part, a-t-il expliqué lors de la téléconférence, « l’une de nos forces est d’être un fabricant de vêtements verticalement intégré ; c’est ce qui nous a permis de bien ajuster nos capacités de production en fonction du rétablissement de nos ventes, tout en continuant de générer des flux de trésorerie disponibles et de réduire nos inventaires ».

Les installations manufacturières de Gildan sont principalement situées en Amérique centrale, dans le bassin des Caraïbes, en Amérique du Nord et au Bangladesh. Gildan y fabrique une grande variété de vêtements de base de tous les jours, de gilets légers pour impression commerciale et de sous-vêtements. Ces vêtements sont commercialisés sous sa propre marque, Gildan, ainsi que sous des marques telles qu’American Apparel, Hammer, Silks, Secret ou Under Armour.

En Bourse, jeudi, les investisseurs ont exprimé leur satisfaction envers le redressement meilleur que prévu des résultats de Gildan en poussant ses actions en hausse de 8 % jusqu’au seuil des 31 $CAN en début de séance à Toronto.

Elles ont toutefois terminé en léger repli de 0,1 % à 28,50 $, ce qui correspond à 5,64 milliards en capitalisation boursière totale.

Aussi, à 28,50 $ par action, la valeur attribuée à Gildan est au double des 14 $ par action atteints en mars dernier, lors de la panique boursière de pandémie, mais encore très inférieure au sommet de 51 $ par action atteint en juin 2019.