(New York) La société spécialisée dans la restauration Inspire Brands a annoncé vendredi avoir racheté Dunkin’Brands, qui chapeaute les chaînes de beignes et cafés Dunkin’et de glaces Baskin-Robbins, pour 8,8 milliards de dollars US.  

Agence France-Presse

En incluant la dette, la transaction s’élève à 11,3 milliards US, a détaillé dans un communiqué l’entreprise qui possède déjà les chaînes Arby’s, Buffalo Wild Wings, Sonic Drive-In et Jimmy John’s.

La chaîne des magasins Dunkin’, créée en 1950 dans le Massachusetts, est connue pour ses beignets traditionnels ou aux nappages colorés, ainsi que pour ses cafés et sandwiches de petit-déjeuner.  

Les établissements Baskin-Robbins ont pour leur part été créés en 1945 en Californie et sont réputés pour leurs 31 sortes de crèmes glacées.  

Les deux enseignes comptent plus de 20 000 points de ventes, appartenant tous à des franchisés, dans plus de 60 pays.

Elles ont un peu pâti de la pandémie et des fermetures temporaires ou définitives de magasins qu’elle a entraînées, le chiffre d’affaires de leur maison mère ayant au total reculé de 6 % sur les neuf premiers mois de l’année.

Ancienne filiale du groupe Allied Domecq, Dunkin’Brands avait été achetée par le groupe français de vins et spiritueux Pernod Ricard en 2005 et vendue un an plus tard pour 2,4 milliards de dollars à trois fonds d’investissement : Bain Capital, Carlyle et Thomas H. Lee.

Ces sociétés avaient mis le groupe en Bourse en 2011.

En ajoutant Dunkin’à son panier, Inspire Brands possédera au total plus de 31 600 restaurants, avec des ventes combinées à 26 milliards US. Ses établissements compteront 600 000 employés.  

Fondé en 2018 sous la houlette de la société d’investissement Roark Capital, Inspire Brands vise à partager les meilleures pratiques de chacune de ses marques et à faire des investissements profitant à toutes.

Selon les termes de l’accord, Inpire Brands va payer, en espèces, 106,50 dollars par action Dunkin’s.  

Cela représente une prime de 30 % par rapport au prix moyen de l’entreprise en Bourse au cours des 30 dernières séances.  

La transaction, soumise à certaines conditions, doit être finalisée d’ici la fin de l’année. Elle a été approuvée par les conseils d’administration des deux sociétés.