(New York) American Express (AmEx) a vu son bénéfice fondre au troisième trimestre, en raison de la baisse des dépenses effectuées par les détenteurs de ses cartes depuis le début de la pandémie, lesquels continuent néanmoins dans leur grande majorité à rembourser leurs dettes.

Agence France-Presse

Le bénéfice net du groupe a plongé de 39 % à 1,05 milliard de dollars entre juillet et septembre, tandis que son chiffre d’affaires a reculé de 20 % à 8,8 milliards de dollars, détaille un communiqué vendredi.  

L’action AmEx reculait de près de 3 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.

Ce repli « reflète principalement le recul des dépenses payées avec les cartes et les réductions accordées sur les commissions » que la société récupère auprès des commerçants à chaque achat, souligne le groupe.

Les clients d’AmEx, soumis aux restrictions imposées pour limiter la propagation de la COVID-19, ont notamment moins voyagé que l’an dernier à la même époque.

Les dépenses se sont quand même un peu redressées depuis le trou d’air en avril, au plus fort des mesures de confinement, souligne AmEx.

Alors que le nombre de chômeurs reste très élevé aux États-Unis et que beaucoup d’entreprises ont dû mettre la clé sous la porte, le groupe a encore provisionné 665 millions de dollars pour couvrir les éventuels défauts de paiements sur ses cartes de crédit. Mais c’est moins que l’an dernier à la même époque (879 millions), et surtout beaucoup moins qu’au précédent trimestre (1,55 milliard).  

Les impayés et le nombre de personnes radiées faute d’avoir remboursé à temps les crédits accordés par AmEx est « à un des plus bas niveaux que nous ayons vu au cours des dernières années », a souligné le PDG Stephen Squeri.

Le niveau total des réserves mises de côté pour faire face en urgence à d’éventuels défauts à la fin du troisième trimestre était « à peu près le même » qu’à la fin du deuxième.

« Nous restons prudents sur la direction de la pandémie et son impact sur l’économie », a justifié M. Squeri.

Signe d’une certaine stabilisation de la situation financière des ménages et sociétés, les grands établissements bancaires de Wall Street comme JPMorgan Chase, Bank of America et Citigroup ont aussi mis beaucoup moins d’argent de côté au troisième trimestre pour couvrir les éventuels impayés de leurs clients dans les prochains mois.

Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, le bénéfice d’AmEx est ressorti à 1,30 dollar, là où les analystes anticipaient 1,33 dollar.