Si la direction de Rogers a de quoi se décourager en voyant la réaction de Cogeco et de son principal actionnaire à sa proposition d’achat, les nouvelles sont plutôt encourageantes du côté opérationnel.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

L’action de Rogers a bondi de 12 % jeudi à la Bourse de Toronto. Il s’agit du plus grand bond enregistré par le titre en une seule séance depuis plus de 10 ans.

Les investisseurs ont applaudi la performance financière trimestrielle présentée jeudi matin par Rogers. Les résultats des mois de juillet, août et septembre ont surpassé les attentes sur plusieurs plans. Et par une grande marge pour certains indicateurs clés.

Le bénéfice par action ajusté s’est par exemple élevé à 1,08 $ alors que les analystes prévoyaient 78 cents. Les revenus du trimestre ont pour leur part atteint 3,67 milliards, tandis que le consensus des experts s’établissait à 3,34 milliards.

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Si l’analyste Drew McReynolds, de RBC, reconnaît que les résultats excèdent dans leur ensemble ses propres attentes, il souligne néanmoins que la barre n’avait pas été placée très haut.

Son collègue Vince Valentini, de la TD, soutient de son côté que les investisseurs anticipaient assurément une bien meilleure performance financière que celle dévoilée il y a trois mois.

Dossier Cogeco

Vince Valentini a par ailleurs interpellé le PDG de Rogers, Joe Natale, à propos de Cogeco durant la téléconférence organisée pour faire le point sur les résultats. L’analyste a demandé au grand patron de l’entreprise ontarienne de télécommunications une mise à jour sur le dossier Cogeco.

En posant sa question, Vince Valentini a souligné qu’il y avait beaucoup de spéculation actuellement voulant que Rogers songe à vendre ses actions de Cogeco et de Cogeco Communications si l’offre d’achat continue à être ignorée.

Joe Natale a répondu qu’Altice et Rogers avaient présenté ce que ces deux entreprises croyaient être une offre très attrayante qui « récompense de manière importante tous les actionnaires et toutes les parties prenantes » de Cogeco et de sa principale filiale.

PHOTO NATHAN DENETTE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Joe Natale, PDG de Rogers

Il a rappelé que l’offre bonifiée dévoilée dimanche restait en vigueur jusqu’au 18 novembre. « Je ne crois pas qu’il soit juste de commenter cette offre davantage. Si elle n’est pas acceptée, nous allons faire ce que vous vous attendez qu’on fasse. Nous révisons nos priorités en allocation de capital avec notre conseil d’administration dans le cadre du cours normal de la planification stratégique », a-t-il ajouté.

Rogers, actionnaire de longue date de Cogeco, détient respectivement 41 % et 33 % des actions à droit de vote subalterne de Cogeco et de Cogeco Communications.

Conjointement avec Rogers, Altice USA a présenté dimanche une proposition révisée pour Cogeco et sa principale filiale d’une valeur de 11,1 milliards. Cette nouvelle offre valorise la participation de la famille Audet à 900 millions, soit 100 millions de plus que la première fois.

En vertu des actions à droit de vote multiple qu’elle détient, la famille Audet contrôle 69 % des votes chez Cogeco et 83 % chez Cogeco Communications.

La famille Audet et les conseils d’administration de Cogeco et de Cogeco Communications ont rejeté cette nouvelle offre.