(Toronto) Le syndicat Unifor a annoncé jeudi avoir conclu une entente de principe pour 9000 travailleurs chez Fiat Chrysler Automobiles au Canada, évitant ainsi une grève dans six usines à travers le pays.

La Presse Canadienne

L’accord doit maintenant être soumis au vote des travailleurs.

Le président national d’Unifor, Jerry Dias, a qualifié l’entente de « meilleur accord économique » en plus de deux décennies.

Il a précisé que le constructeur automobile avait accepté d’investir jusqu’à 1,5 milliard dans son usine d’assemblage de Windsor.

L’installation de Windsor comptera deux plateformes : une pour les fourgonnettes Pacifica et Voyager et une autre, qui devrait être lancée en 2024, pour au moins un véhicule hybride rechargeable ou à batterie électrique.

Grâce à cette nouvelle plateforme, l’effectif de Fiat Chrysler devrait être de près de 2000 travailleurs, a indiqué M. Dias. Les nouveaux travailleurs devraient commencer à se joindre à l’entreprise en 2023.

Selon M. Dias, cet engagement de Fiat Chrysler ramènera un troisième quart de travail à l’entreprise, qui l’avait éliminé cet été, ce qui avait entraîné la disparition de 1500 postes.

Après une restructuration et des programmes d’incitation à la retraite, M. Dias calcule qu’environ 425 travailleurs ont été mis à pied.

Unifor a déjà conclu un accord le mois dernier avec Ford Motor du Canada, créant ainsi un modèle pour les discussions avec les deux autres grands constructeurs automobiles de Detroit.

Les détails de l’entente de principe seront présentés aux membres d’Unifor lors d’une série de réunions de ratification virtuelles au cours de la fin de semaine.

Les membres voteront pour accepter ou non l’accord sur une période de 24 heures, à compter de dimanche matin.

L’accord avec Ford comprenait notamment des plans pour la production de batteries pour véhicules électriques, ainsi que des investissements des gouvernements fédéral et ontarien.