(New York) La banque d’affaires américaine Goldman Sachs, dopée par son activité sur les marchés financiers en forme malgré la paralysie de l’activité économique causée par la COVID-19, a presque doublé son bénéfice net au troisième trimestre.

Agence France-Presse

Le profit est ressorti à 3,5 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires en hausse de 30 % à 10,8 milliards de dollars, ce qui provoquait une hausse de 2,5 % de l’action dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance à Wall Street.  

Le titre s’affiche en baisse d’environ 8 % depuis le début de l’année, un repli bien moins important que les autres grandes banques américaines.  

Même si la firme tente d’attirer plus le grand public, avec notamment sa plateforme de prêts et de dépôts en ligne Marcus, son exposition aux particuliers et aux PME est moins importante.

La banque n’a provisionné que 278 millions de dollars sur la période pour parer aux futurs impayés de ses clients affectés par la pandémie de coronavirus. Soit beaucoup moins que le 1,59 milliard provisionné au deuxième trimestre.  

Les recettes générées par le courtage, la force traditionnelle de la firme, ont bondi de 29 %. Le chiffre d’affaires lié au marché obligataire s’est envolé de 49 % quand celui lié au marché-actions a progressé de 10 %.

Cette performance montre que la finance continue à gagner de l’argent malgré la récession, qui a fait exploser le nombre de chômeurs aux États-Unis et poussé nombre de petites entreprises à fermer définitivement.  

Après de fortes secousses au printemps à l’arrivée de la pandémie aux États-Unis, les marchés ont poursuivi au troisième trimestre le rebond entamé au deuxième, persuadés que les Banques centrales feront le nécessaire pour éviter toute crise de liquidités.

Les revenus tirés de l’activité de gestion d’actifs chez Goldman Sachs se sont envolés de 71 % quand ceux de la division dédiée aux particuliers et à la gestion de fortune ont augmenté de 13 %.

Pour David Solomon, le PDG de la firme, ses clients « commencent à émerger de la situation économique difficile générée par la pandémie ».