(New York) Le géant américain du restaurant-minute McDonald’s a indiqué jeudi que ses ventes aux États-Unis, à nombre de magasins comparables, étaient reparties à la hausse au troisième trimestre après un fléchissement au plus fort de la pandémie.  

Agence France-Presse

Les chaînes de restauration rapide, habituées aux menus à emporter et aux bas prix, parviennent à mieux tirer leur épingle du jeu que les restaurants traditionnels dans le pays.

Les McDo avaient vu leur fréquentation chuter au début du printemps avec la propagation rapide de la COVID-19, qui a vidé les villes de leurs touristes et les centres commerciaux de leurs promeneurs.  

Les ventes, à nombre de magasins comparables, aux États-Unis avaient alors reculé de 8,7 %.  

Mais elles avaient déjà commencé à se redresser en mai et juin, grâce entre autres aux services au volant. Elles ont finalement progressé de 4,6 % entre juillet et septembre.

« Notre performance au troisième trimestre démontre la résilience de la marque McDonald’s », a commenté le directeur général Chris Kempczinski dans un communiqué.  

Les atouts du groupe – son offre de service au volant un peu partout dans le monde, ses capacités de livraison et de commandes en ligne – « sont devenus encore plus importants pendant la pandémie », a-t-il souligné.  

Le groupe, qui a aussi annoncé une hausse du dividende versé à ses actionnaires, doit dévoiler ses résultats trimestriels complets le 9 novembre.

Les ventes mondiales de McDonald’s ont en revanche reculé de 2,2 % au troisième trimestre, à nombre de magasins comparables. Elles avaient plongé de 23,9 % au deuxième trimestre.

Le titre prenait 0,4 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.