L’action de Cascades a touché lundi son plus haut niveau des 52 dernières semaines en Bourse et s’est maintenant appréciée de 12 % au cours des deux dernières séances boursières dans la foulée d’informations entourant une hausse prochaine du prix du carton pour emballage.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Plusieurs analystes font état depuis vendredi d’une décision des grands producteurs nord-américains de carton pour emballage de hausser de 50 $ US la tonne le prix du carton dès le 1er novembre.

« Ça serait la première hausse de prix sur le marché nord-américain du carton pour emballage depuis mars 2018 », souligne Sean Stuart, de la TD, dans une note publiée lundi.

Il ajoute qu’une augmentation de 50 $ US la tonne porterait le prix du carton à 760 $ US la tonne, l’équivalent d’une hausse de 7 %.

« Cette hausse par les principaux joueurs de l’industrie est définitivement bonne pour Cascades à court terme », commente le gestionnaire de portefeuille montréalais Philippe Hynes, de la firme Tonus Capital.

« Depuis le début de l’année, les usines en Amérique du Nord ne fonctionnent pas à 100 % (moyenne d’environ 92 %), puisque la demande a été ordinaire en cette année COVID-19. Mais en anticipation d’une forte demande de boîtes pour le commerce électronique à l’approche des ventes de Noël, le timing est bon pour l’industrie alors que plusieurs fournisseurs ont besoin de se restocker en boîtes », précise-t-il.

« Le scénario idéal pour Cascades est une hausse de prix comme celle annoncée maintenant combinée à une réduction du prix des intrants (carton recyclé) », soutient Philippe Hynes.

Il ajoute que le prix du carton recyclé n’est pas aussi bas qu’en début d’année, mais qu’il demeure relativement favorable pour Cascades.

La hausse de prix anticipée pousse les analystes à refaire leurs calculs et dans certains cas à changer d’avis à propos de Cascades. À la CIBC, Hamir Patel recommande désormais l’achat du titre. Même chose à la Banque Nationale, où Zachary Evershed suggère maintenant lui aussi d’acheter l’action de la société papetière de Kingsey Falls. Chez RBC, Paul Quinn retire de son côté sa suggestion de vente et propose plutôt dorénavant de « conserver » l’action de Cascades.

Philippe Hynes souligne que la forte demande pour le papier tissu (serviette de table, essuie-tout, papier hygiénique) avait déjà aidé le titre de Cascades cette année. « Les stocks dans les supermarchés sont de nouveau très bas », dit-il.

L’action de Cascades est en progression de près de 40 % jusqu’ici en 2020.

« Les attentes sont maintenant élevées, et les bonnes nouvelles sont escomptées dans le cours boursier », croit-il.

À plus long terme, il s’attend à ce que la loi de l’offre et de la demande fasse en sorte que la hausse de prix à venir encouragera certains acteurs à augmenter leur production, et certains clients à réduire leur consommation ou à diminuer la qualité demandée.

Si le prix du carton recyclé devait continuer à diminuer, dit-il, « ça profiterait aux marges de Cascades et permettrait de surprendre à la hausse ».

L’action de Cascades s’est appréciée de 3,5 % lundi pour clôturer à 15,50 $ à la Bourse de Toronto.

Postes supprimés et mises à pied

Par ailleurs, La Presse a appris que l’entreprise entend supprimer une trentaine d’emplois de cadres dans ses bureaux administratifs du Québec, de l’Ontario et des États-Unis.

La majorité de ces coupes de postes de cadres ont lieu au Québec, au siège social de Kingsey Falls ainsi qu’aux sièges administratifs de ses principales divisions d’activités situés à Candiac et à Saint-Bruno.

« Nous avons beaucoup modernisé nos technologies de gestion ces dernières années, mais nous n’avions pas encore vraiment révisé notre organisation administrative à l’interne pour la rendre plus légère, plus agile, en réduisant les niveaux hiérarchiques », a expliqué Hugo D’Amours, vice-président aux communications et affaires publiques chez Cascades.

« Or, cette révision de notre structure de gestion s’est accélérée avec l’impact de la pandémie qui a bouleversé plusieurs de nos marchés et provoqué des arrêts de production dans certaines usines. »

130 mises à pied à Lachute

Ces coupes de postes s’ajoutent aux 130 mises à pied effectuées tout récemment à son usine de Lachute qui fabrique des produits d’hygiène pour le marché des restaurants, des services alimentaires et de l’hôtellerie.

« Ce marché a chuté de 40 % depuis le début de la pandémie. La production de l’usine de Lachute est interrompue pour une durée indéterminée. Du moins, tant que le marché de la restauration et de l’hôtellerie ne reprendra pas du mieux », a indiqué M. D’Amours à La Presse.

Une autre usine de cette division des produits d’hygiène et d’entretien, située à Memphis, au Tennessee, a aussi été mise à l’arrêt, touchant cette fois 45 employés mis à pied pour une durée indéterminée.

Dans son principal secteur d’activité de fabrication de cartons d’emballage, Cascades a annoncé récemment la fermeture d’une usine située à Etobicoke, en périphérie de Toronto. Cette fermeture définitive prévue d’ici un an, en août 2021, touchera 125 employés en usine.

« L’optimisation de notre plateforme opérationnelle en Ontario est une partie intégrante de notre plan stratégique. C’est dans ce contexte que la production de l’usine d’Etobicoke sera réaffectée progressivement aux autres unités dans la région », avait indiqué Charles Malo, président et chef de l’exploitation de la division Cascades Emballage carton-caisse, dans le bref communiqué annonçant cette fermeture d’usine.