En pleine pandémie de COVID-19, Groupe Mach diminue de moitié son offre commerciale au Quartier des lumières, son projet de réaménagement de l’ancienne Maison de Radio-Canada.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Le chantier milliardaire de l’est du centre-ville de Montréal ne prévoit plus que 200 000 pieds carrés de locaux commerciaux au lieu des 400 000 pieds carrés annoncés en mars dernier.

« On a maintenant une bien meilleure idée de la demande pour nos locaux commerciaux en souterrain comme au niveau de la rue. On en aura assez avec seulement 200 000 pieds carrés », indique Cédric Constantin, vice-président adjoint, développement immobilier, dans un entretien avec La Presse. Il ne s’est pas avancé sur le nombre de détaillants à accueillir.

À l’époque pré-COVID-19, Groupe Mach prévoyait l’aménagement de grandes surfaces et 60 détaillants au total. Parmi les grandes surfaces, le promoteur ciblait notamment une épicerie, une quincaillerie, un détaillant d’articles de sport et une pharmacie.

Mach prévoyait aménager des boutiques, des restos et des services (clinique médicale, succursales bancaires, soins esthétiques) au rez-de-chaussée des 12 édifices à construire autour de la tour emblématique du diffuseur public.

Il était aussi question d’installer six grandes surfaces situées au sous-sol, mais accessibles à partir d’entrées aménagées à la surface. Un « type d’aménagement à peu près inexistant au Canada », faisait alors valoir la directrice de la conception et du développement du projet, Marie-Genevieve B-Pelland, à la collègue Marie-Eve Fournier.

Depuis, la pandémie accable le secteur du commerce de détail. Le confinement a dirigé les consommateurs vers l’achat en ligne. Les restructurations de détaillants se succèdent : Garage, Tristan, Sail, Reitmans, Laura, Aldo et bien d’autres.

Outre les 200 000 pieds carrés de locaux commerciaux, le Quartier des lumières inclura 800 000 pieds carrés de bureaux, un chiffre considérable alors que l’on s’attend à ce que les occupants de bureaux réduisent leur superficie de 10 à 30 % dans les prochaines années en raison de la popularité du télétravail.

« Chez Mach, nous croyons encore au bureau, assure M. Constantin. Sa fonction sera modifiée, mais sa nécessité va demeurer. La situation que vous décrivez est circonstancielle, selon nous », poursuit-il.

Construction de 130 logements sociaux

La Presse s’est entretenue vendredi avec des dirigeants de Mach à la suite de la signature d’une première entente concernant la construction de 130 logements sociaux avec l’organisme à but non lucratif Interloge, qui gérera les logements abordables, et avec le Groupe de ressources techniques Atelier Habitation Montréal. La construction doit commencer en septembre 2021.

Avec la signature de cette première entente, le Quartier des lumières semble vouloir éviter le dérapage acrimonieux qu’on a vécu au Square Children’s, dans l’ouest du centre-ville.

À cet endroit, la construction des logements sociaux a finalement été abandonnée par le promoteur HRM Projet Children, au grand désarroi de la Ville, qui a répliqué en indiquant son intention de rabaisser le nombre d’étages permis de 20 à 4. HRM a ensuite menacé de poursuivre la Ville.

Le ton paraît tout autre au Quartier des lumières, qui comptera environ 3250 logements, donc 520 logements sociaux.

Les 130 premiers logements sociaux seront situés dans un immeuble de 14 étages au coin sud-ouest du boulevard René-Lévesque Est et de la rue Alexandre-de-Sève. On y comptera 47 logements de 3 chambres et 48 unités de 2 chambres. Ses occupants auront accès aux espaces verts prévus dans le quadrilatère et à une cour de jeu privée destinée aux enfants, de préciser Stéphane L’Espérance, vice-président, développement résidentiel et construction.