(Calgary) La Pétrolière Impériale a fait état vendredi d’une production de pétrole et de gaz naturel supérieure aux attentes des analystes pour son deuxième trimestre, mais sa perte aussi été plus importante que prévu.

La Presse canadienne

La société de Calgary a affiché une perte nette de 526 millions, à partir de revenus de 3,7 milliards, pour le trimestre clos le 30 juin, en baisse par rapport à un profit net de 1,2 milliard et des revenus de 9,26 milliards lors de la même période un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à une perte nette de 188 millions, à partir de revenus de 4,244 milliards.

L’Impériale, qui est détenue à 69,6 % par le géant pétrolier américain Exxon Mobil, a attribué sa performance à la faiblesse des prix du pétrole et des marges de raffinage, en raison du ralentissement économique lié à la pandémie de COVID-19.

La société a affiché une production équivalente à 347 000 barils de pétrole par jour au deuxième trimestre, en baisse par rapport à celle de 400 000 baril par jour de l’an dernier. Les fermetures pour maintenance de la mine de sables bitumineux Kearl ont été prolongées pour mieux contrôler la transmission du coronavirus dans la foulée d’une éclosion qui s’y est produite.

La pétrolière a précisé que son dividende trimestriel de 22 cents par action était maintenu, et qu’il serait versé le 1er octobre aux actionnaires inscrits en date du 4 septembre.

« Les conditions difficiles du marché au cours du trimestre ont démontré à quel point le modèle d’affaires intégré et le bilan solide de l’Impériale étaient avantageux et qu’ils permettaient à la compagnie de progresser dans ses principaux projets et de maintenir son dividende sans augmenter sa dette », a affirmé dans un communiqué le chef de la direction, Brad Corson.