(New York) Le conglomérat américain General Electric (GE) a annoncé mercredi une perte nette de 2,2 milliards de dollars au deuxième trimestre, affecté par un accès de faiblesse de ses activités dans les secteurs de l’aviation et de l’énergie à cause de la pandémie.  

Agence France-Presse

Le chiffre d’affaires total de la société a baissé de 24 % sur la période, à 17,75 milliards de dollars.  

Les analystes s’attendaient toutefois à des revenus un peu moins élevés et le groupe a souligné dans un communiqué avoir brûlé moins d’argent que prévu sur la période, un critère regardé de près par les investisseurs.  

À Wall Street l’action prenait 1,9 % vers 7 h dans les échanges électroniques.  

« Nous avons fait face à un deuxième trimestre très difficile que nous avons pris de front en gérant bien nos opérations pendant que nous prenions des mesures pour réduire davantage les risques pour l’entreprise », a commenté le PDG de GE, Larry Culp, dans le communiqué.  

« Nos performances en termes de bénéfices ont été affectées par l’impact continu de la COVID-19 sur nos activités, mais les flux de trésorerie disponibles ont été meilleurs que nos attentes et que ce que nous avions annoncé », a-t-il ajouté.  

Le groupe a enregistré un flux de trésorerie négatif de 2,1 milliards de dollars sur la période alors qu’il avait anticipé en mai un flux négatif de 3,5 à 4,5 milliards de dollars.

« Nous avons progressé plus rapidement sur les éléments sous notre contrôle, y compris nos mesures d’économies et de préservation de la trésorerie », a remarqué M. Culp.  

Les revenus tirés de la division aviation, lestée par la chute du transport aérien et des commandes d’avions depuis le début de la pandémie, ont baissé de 44 %.  

« Même s’il est trop tôt pour prédire comment l’aviation commerciale va se redresser, nous continuons de prévoir un long retour aux niveaux antérieurs d’activité », a indiqué M. Culp.

Le chiffre d’affaires de la division énergie a reculé de 11 % tandis que celui de la division santé a baissé de 21 %.  

Les revenus de la division énergie renouvelable n’ont baissé que de 3 %.  

Rapportée par action et hors éléments exceptionnels, la perte du groupe s’élève à 15 cents là où les analystes anticipaient une perte de 10 cents.

Le groupe a enregistré dans ses comptes des charges de dépréciation de respectivement 877 millions de dollars et 839 millions dans ses divisions aviation et financement ainsi qu’une charge de 608 millions de dollars pour ajuster les montants de certains contrats de service à long terme dans la division aviation.  

GE a aussi enregistré sur la période un gain de 1,8 milliard de dollars lié à la vente de parts de sa filiale Baker Hugues sur le marché. Le groupe prévoit de céder le reste de ses actions au cours des trois prochaines années.