La directrice générale du studio d’Ubisoft à Québec, Andrée Cossette, a annoncé jeudi son départ après 22 années au sein de l’entreprise, dont 15 à Québec.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Dans une publication faite sur le réseau LinkedIn, Mme Cossette précise que sa décision « est le fruit d’une longue réflexion et n’est pas liée à la situation actuelle au sein du Groupe Ubisoft ».

L’entreprise française, très présente au Québec puisque son plus important studio est à Montréal, est secouée par une vague d’allégations de harcèlement sexuel et psychologique, ainsi que de sexisme. Celle-ci a mené au départ de plusieurs dirigeants, dont le président des studios canadiens, Yannis Mallat.

Mme Cossette, qui est entrée chez Ubisoft à Montréal presque au tout début, en 1998, a été l’une des deux fondatrices du studio de Québec, en 2005. Elle occupait le poste de directrice générale depuis le début de l’année 2019.

« Le rôle de directrice générale du studio m’a amené de beaux défis et j’ai pu mettre en place un plan d’avenir ambitieux, explique-t-elle. Parallèlement, j’ai amorcé une réflexion plus profonde, plus personnelle, qui m’a permis de réaliser que je n’étais plus là où je voulais être et qu’il était temps pour moi de passer le flambeau et réfléchir à d’autres projets d’avenir. »

Une version antérieure de cet article indiquait la mauvaise année pour la fondation du bureau de Québec.