(Stockholm) Le géant suédois du streaming musical Spotify est désormais disponible en Russie, au Kazakhstan et dans onze pays d’Europe de l’Est, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué publié sur son site.  

Agence France-Presse

« S’implanter sur ces treize marchés est un moment important dans le développement de Spotify, car nous accueillons des mélomanes et des artistes de marchés musicaux émergents comme la Russie, où le streaming est en passe d’être largement adopté », a affirmé un dirigeant du groupe nordique, cité dans le communiqué.

Outre le géant eurasiatique, Spotify investit l’Albanie, le Belarus, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, le Kazakhstan, le Kosovo, la Moldavie, le Monténégro, la Macédoine du Nord, la Serbie, la Slovénie et l’Ukraine.

Après l’annonce de mardi, Spotify revendique désormais sa présence sur 92 marchés.

Si la Russie occupe une discrète 17e position sur le marché mondial du streaming, sa croissance est telle qu’elle pourrait intégrer le top 10 d’ici à 2030.

Lors de la présentation de ses résultats du 1er trimestre fin avril, Spotify a fait état d’un chiffre d’affaires de 1,85 milliard d’euros, en progression de 22 % sur un an. Son bénéfice net est ressorti à 1 million d’euros.

A l’époque, le suédois revendiquait 286 millions d’utilisateurs actifs, dont 130 millions d’abonnés payants.  

Les résultats du deuxième trimestre doivent être présentés le 29 juillet.